L’antisionisme est-il une forme d'antisémitisme

Publié par
Isidore Beautrelet Administrateur

Bonjour

L'Assemblée nationnale va se prononcer au mois d'octobre 2019 sur une proposition de résolution visant à reconnaitre l'antisionisme comme une forme d'antisémitisme.

http://www.lefigaro.fr/politique/l-assemblee-se-prononcera-debut-octobre-sur-le-lien-entre-l-antisionisme-et-l-antisemitisme-20190626

Sur le site LAROUSSE, l'antisionisme est défini comme



Hostilité à l'existence ou à l'extension de l'État d'Israël.




https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/antisionisme/4293


Je pense que ce projet pose plusieurs problèmes tant sur le plan idéologique que sur celui de la liberté d'expression.



- Idéologie d'abord puisque de nombreux juifs refusent cette amalgame. L’historien israélien Shlomo Sand a même écrit une lettre ouverte au Président de la République pour lui rappeler


que nombre de juifs, ou de descendants de filiation juive se sont toujours opposés au sionisme sans, pour autant, être antisémites



https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/200717/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique-francaise



Il existe même une organisation juive ouvertement antisioniste l'UJFP https://www.ujfp.org/spip.php?article6938




-Ensuite au niveau de la liberté d'expression, puisque la défintion de l'antisionisme fait débat.

Pour le philosophe Henri Peña-Ruiz


L’antisionisme ne conteste pas l’existence d’Israël, mais la façon dont ce droit est mis en œuvre au détriment des Palestiniens.



https://www.liberation.fr/debats/2019/03/11/antisionisme-et-antisemitisme-un-amalgame-honteux_1714388



Pour l'UFJP :


Nous sommes antisionistes parce que nous refusons la séparation des Juifs du reste de l’humanité.




Est-ce que de tels propos pourront à l'avenir être qualifié d'antisémites ?

Quelle définition de l'antisionisme sera retenue ?

Est-ce que l'association Boycott Désinvestissement Sanctions qui prône le boycott des produits israéliens en France sera qualifiée de mouvement antisémite ?



Pour toute ces raisons je pense qu'on ne devrait pas reconnaitre l'antisionisme comme une forme d’antisémitisme.



Et vous qu'en pensez vous ? Dernière modification : 28/06/2019 - par Isidore Beautrelet

__________________________
Charte du forum

Attendus filière droit

Les études de droit, c'est quoi ?

Méthodologies

Méthodes de travail

Sites utiles pour vos études

Logement étudiant

Job étudiant

Études à distance

Année de césure

Service civique

Publié par
Dolph13 Intervenant

Bonjour,

Cette proposition de loi fait sûrement écho aux évènements antisémites et antisionistes de ce début d'année (insultes des gilets jaunes sur un philosophe juif, boîte au lettre frappée d'une image de Simone Veil détériorée…)

Personnellement, je pense que ce projet de loi de considérer l'antisionisme comme de l'antisémitisme est un projet qui va trop loin.

En effet, l'Etat d'Israël a été créé en 1948 afin de donner un Etat à la population juive et une sécurité suite au génocide juif des nazis. Toute personne juive peut demander l'asile ou la nationalité Israélienne si elle le désire.

Par conséquent, il est facile de faire le rapprochement juif = Israël et donc juif = sionisme. Du coup, avec ce constat, on pourrait penser que le fait d'être contre Israël serait une forme de haine contre les juifs. Ainsi, on ferait le rapprochement antisémitisme = antisionisme. C'est sûrement sur ce constat que le Parlement se base pour la loi.

Toutefois, il y a pleins de raisons de penser que ces mots ne sont pas synonymes. Mes deux premiers arguments reprennent les vôtres Isidore.

En premier lieu, beaucoup de juifs ne se sentent pas proche d'Israël pour la simple et bonne raison qu'ils sont croyants et ça s'arrête là. Ils ne veulent pas être associés à une forme de communauté Israélienne. Par conséquent, judaïsme et sionisme ne peuvent pas être synonymes et désignent bien deux termes distincts.

Ensuite, le gouvernement israélien mène une terrible guerre contre la Palestine, guerre qui pour moi n'a pas lieu d'exister. Israël a carte blanche pour cesser le feu, faire la paix et reconnaitre la Palestine mais il décide d'attaquer l'Etat palestinien pour finalement on ne sait trop quelle raison. C'est pourquoi, beaucoup de personne rejettent le gouvernement israélien. Ces personnes seraient ainsi antisionistes. Pour autant, elles n'ont aucune haine envers les juifs. Ainsi, antisémitisme est différent de antisioniste.

Enfin, si on dit qu'être contre le gouvernement israélien, c'est être antisémite, il faudrait être logique et aussi ajouter dans la loi que le fait d'être contre le gouvernement de l'Arabie Saoudite, c'est être islamophobe et que le fait d'être contre le Brexit, c'est être anti-protestant. Ce mode de raisonnement est absurde. Il y a pleins de raisons pour critiquer un gouvernement d'un Etat d'une religion particulière sans pour autant éprouver de la haine ou de la phobie pour les personnes qui pratiquent ladite religion.

Voilà pourquoi je suis plutôt contre ce projet de loi, surtout que je pense que le Parlement devrait avoir d'autre priorité : les retraites ou la lutte contre le réchauffement climatique par exemple...

Bonne journée

Publié par
Isidore Beautrelet Administrateur

Bonjour

Effectivement cette proposition est une réaction à toutes les agressions antisémites de ce début d'année (il est notamment fait référence à Finkielkraut).

Je rejoins vos arguments, votre comparaison avec l'Arabie Saoudite qui est excellente !

Quoiqu'il en soit il est important de bien définir ce qu'on entend par antisionisme. Il faut être honnête, parfois certains mouvements se disent antisionistes mais prônent un discours antisémite.
Je ne sais plus dans quel établissement il y avait eu des inscriptions Israël barré d'une croix gammée. Pour moi on est clairement dans un acte antisémite.

Je pense que l'antisionisme c'est émettre une critique envers l’État d’Israël sans user de termes ou symboles antisémites. Bref on attaque l’État et non le peuple ou la religion.

__________________________
Charte du forum

Attendus filière droit

Les études de droit, c'est quoi ?

Méthodologies

Méthodes de travail

Sites utiles pour vos études

Logement étudiant

Job étudiant

Études à distance

Année de césure

Service civique

Publié par
Dolph13 Intervenant

Je vous rejoins sur votre définition d'antisionisme. Elle doit rester propre dans le cadre d'Israël et ne doit pas se mélanger avec la religion juive.

Ainsi, tout propos critiquant Israël ou son gouvernement serait antisioniste et uniquement antisioniste et tout propos discriminatoire à l'encontre des juifs serait antisémite et que antisémite.

Certes, dans certains cas, peut être qu'il sera possible de les confondre mais globalement, je ne pense que ce ne sera pas le cas. Si on reprend votre exemple des inscriptions d'Israël barrées d'une croix gammée, je pense que le juge aura à trancher pour savoir s'il s'agit d'un acte antisioniste ou antisémite (même si comme vous, je pencherais plutôt sur le second cas car les personne ayant tagué les inscription d'Israël éprouvaient sûrement de la haine contre les juifs et souhaitaient sûrement soutenir le génocide juif via l'inscription. Les inscriptions d'Israël sont les seuls formes symboliques que ces personnes ont pu trouver pour donner forme à leur haine des juifs).

Publié par
joaquin Modérateur

Bonjour,



Je suis tout à fait d'accord avec tout ce qui vient d'être dit. Si souhaiter que les palestiniens puissent vivre en paix dans leur pays (et leur futur Etat) sans être continuellement agressés et colonisés par le gouvernement israélien est antisioniste, en effet je le suis, et d'après la nouvelle loi je serai donc antisémite, alors que je n'éprouve aucune haine pour les juifs.



JG

__________________________
Avant de poster, lire la charte du forum :


http://www.juristudiant.com/forum/charte-de-bonne-conduite-a-lire-avant-de-poster-t11.html

Publié par
Isidore Beautrelet Administrateur

@JOAQUIN : Vous avez parfaitement résumé la situation. Les critique envers le gouvernement israélien pourront éventuellement être analysés comme des propos antisémites.

Pour rappel, c'est la peine de l'article 32 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de presse qui s'appliquera pour les propos tenus en public soit :


un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ou de l'une de ces deux peines seulement


Pour les propos non public, on fera application de l'article R.625-8-1 qui prévoit


l'amende prévue pour les contraventions de la 5e classe


Qu'on cherche à sanctionner, l’antisémitisme qui se déguise en antisionisme est une bonne chose. Mais il ne faut pas oublier qu'il s'agit de deux concepts différents. Si on fait cette assimilation, alors l’Israël deviendra un État que l'on ne pourra pas critiquer. Comme l'a si bien dit DOLPH13 pourquoi ne pas raisonner pareil pour l'islamophobie et la critique de l'Arabie Saoudite ou du Qatar.

Et surtout j'ai très peur que cette amalgame donne de l'eau au moulin des mouvements antisémites notamment à leur théorie infecte du complot juif. Au final, ils pourront attirer des personnes qui à la base étaient simplement antisionistes.



Bref, la meilleure solution est définir juridiquement ce qu'on entend par antisémitisme et par antisionisme. En cas de doute, comme l'a suggéré DOLPH13, on s'en remettra à l'intime conviction du juge.

__________________________
Charte du forum

Attendus filière droit

Les études de droit, c'est quoi ?

Méthodologies

Méthodes de travail

Sites utiles pour vos études

Logement étudiant

Job étudiant

Études à distance

Année de césure

Service civique