Commentaire de texte sur Voltaire

Publié par

Bonjour à tous,



Pourriez-vous m'aidez s'il vous plait pour ce commentaire de texte en histoire du droit, merci beaucoup :

Texte N°5 : Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux
faits de l’histoire depuis Charlemagne jusqu’à Louis XIII, 1756, Edition Paris, 1963.
Extraits du Tome 1, chapitre LXV : « Du roi de France Philippe le Bel, et de Boniface
VIII ».
« Philippe le Bel, qui voulait dépenser beaucoup d’argent, et qui en avait peu,
prétendait que le clergé, comme l’ordre le plus riche de l’Etat, devait contribuer aux
besoins de la France sans la permission de Rome. Le Pape voulait avoir l’argent d’une
décime accordée sous le prétexte d’un secours pour la Terre Sainte, qui n’était plus
secourable, et qui était sous le pouvoir d’un descendant de Gengis. Le roi prenait cet
argent pour faire en Guyenne, la guerre qu’il eut contre le roi d’Angleterre Edouard. Ce
fut le premier sujet de la querelle. L’entreprise d’un évêque de la ville de Pamiers aigrit
ensuite les esprits. Cet homme avait cabalé contre le roi dans son pays, qui ressortait
alors de la couronne, et le pape aussitôt le fit son légat à la cour de Philippe. Ce sujet,
revêtu d’une dignité qui, selon la cour romaine, le rendait égal au roi lui même, vint à
Paris braver son souverain et le menacer de mettre son royaume en interdit : un séculier
qui se fût conduit ainsi aurait été puni de mort ; il fallut user de grandes précautions
pour s’assurer de la personne de l’évêque, encore fallut-il le remettre entre les mains de
son métropolitain, l’archevêque de Narbonne » (…)
Le roi plaida devant l’archevêque de Narbonne, contre l’évêque de Pamiers, par la
bouche de son chancelier Pierre Flotte, à Senlis. Et ce chancelier alla lui-même à Rome
rendre compte au pape du procès (…). Pierre Flotte… lui dit très expressément : « que
le royaume de France était de ce monde et que celui du Pape n’en était pas ». Le Pape
fut assez hardi pour s’en offenser : il écrit au roi un bref dans lequel on trouve ces
paroles : « Sachez que vous nous êtes soumis dans le temporel comme dans le spirituel
10
» (…). Philippe répondit : « A Boniface, prétendu pape, peu ou point de salut ; que
votre très grande fatuité sache que nous ne sommes soumis à personne pour le temporel
» (…)
Le pontife lança bulles sur bulles, qui toutes déclarent que le pape est le maître des
royaumes, que si le roi de France ne lui obéit pas, il sera excommunié, et on royaume
en interdit, c’est à dire qu’il ne sera plus permis de faire les exercices du christianisme,
ni de baptiser les enfants, ni d’enterrer les morts » (…) On brûla sa bulle ; la France
s’éleva contre le Pape …» Dernière modification : 15/03/2021 - par LouisDD

Publié par
LouisDD Administrateur

Salut

Sans travail préalable personne ne risque de vous aider.
Et en plus, 3 sujets différents avec aussi peu de travail de votre part ça nous met en rogne...

Je déplace au trou noir dans l’attente d’une mise en conformité sans quoi ce sera verrouillé.

A plus

__________________________
Le précieux... enfin la charte du forum quoi !

Ma méthode de travail




"Plus que des lois de procédure, ce sont des lois de neutralité fiscale qui sont le meilleur remède aux tentations d'abus de droit." Maurice Cozian (1936-2008)






"Fear," he used to say, "fear is the most valuable commodity in the universe." Max Brooks, WWZ