Magistère HEAD Bordeaux

Publié par

Bonjour,

Actuellement étudiant en L2 de droit à Bordeaux, la faculté a ouvert une nouvelle formation « Magistère juriste d’affaire et fiscalité » en partenariat avec une école parisienne privée HEAD.

Je me permet de solliciter votre aide concernant l’opportunité de faire ou de ne pas faire cette formation.

En effet cette formation vient d’être lancée, il n’y a donc aucun avis ou retour possible. Par ailleurs le fait qu’il s’agisse d’une école privée (il me semble non agrée) me laisse perplexe quant au niveau des cours du magistère.

Présentée comme une formation d’excellence et sélective mon dossier qui n’est pas excellent a été accepté.

Je me pose donc beaucoup de questions sur cette formation et notamment sur le niveau et l’intérêt de réaliser cette formation

Je vous remercie par avance pour vos éclairages.

Publié par
Isidore Beautrelet Administrateur

Bonjour

Alors l'Haute Ecole Appliqué du Droit (HEAD) existe depuis 2012. L'idée était de créer une grande école du droit sur le modèle des grandes écoles de commerce et de contester le monopole de l'Université dans l'enseignement du droit.

Le projet a pu être vivement critiqué par différents acteurs du droit http://petitavocat.blogspot.com/2012/04/head-lecole-de-droit-elitiste-made-in.html

Les frais d'inscriptions sont horriblement élevés toutefois ce serait le prix des intervenants professionnels et du réseau d'entreprise. https://www.ecolehead.fr/RESEAU/Notre-reseau-d-entreprises

Et effectivement, cette école accessible aux titulaires d'un Master (donc vous devez déjà avoir un Master dans une Université) délivre des Mastères qui ne bénéficient pas de reconnaissance bien que l'école travaille dessus https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/l-ecole-privee-de-droit-head-vise-la-reconnaissance-de-son-diplome.html

Enfin, les avis sur cette école sont assez mitigés. Certains sont très déçus par la qualité de l'enseignement alors que pour d'autres c'est une excellente école http://forum.aujourdhui.fr/viewtopic.php?f=2&t=259089 (mais bon aussi bien pour les avis positifs que négatifs, on ne sait jamais qui est derrière le clavier)



En résumé, retenez que HEAD est une école privé qui propose des formations post-master. Il vous faudra un Master pour l'intégrer.



. Dernière modification : 30/06/2019 - par Isidore Beautrelet

__________________________
Charte du forum

Attendus filière droit

Les études de droit, c'est quoi ?

Méthodologies

Méthodes de travail

Sites utiles pour vos études

Logement étudiant

Job étudiant

Études à distance

Année de césure

Service civique

Publié par

Bonjour,

Je vous remercie de votre réponse. Cependant dans le cas présent il s'agit d'un magistère en partenariat avec cette école. Ainsi les cours (licence, master) se déroulent à l'université et les cours du magistère à HEAD.

Je ne sais donc pas vraiment quoi en penser...

Publié par

Bonjour,
Je suis intéressée par le magistère de Bordeaux et HEAD. Avez vous finalement eu des informations concernant le niveau et l’intérêt de suivre cette formation?
Merci de votre réponse

Publié par
Vad

Bonjour,



Par rapport au magistère HEAD, je crois que c'est la première année qu'il est mis en place.

A ma connaissance les frais d'inscription n'ont rien à voir avec l'école HEAD en tant que tel.

Dans le cadre du magistère la formation est principalement basée à Bordeaux et elle est accolée à un cursus classique à Bordeaux. C'est donc un diplôme universitaire en plus.



Très honnêtement je pense que la formation devrait bien fonctionner au vu de ses directeurs et des intervenants qui y sont présents. Je pense notamment en fiscalité ou il s'agit clairement des références dans le domaine.



Après ça n'enlève pas les critiques qu'on peut porter contre HEAD en tant qu'école privée et que je partage totalement! Mais il ne s'agit pas d'une formation directement dispensée par HEAD mais plus d'une "collaboration" avec un coût demeurant tout de même important!



Je pense que l'auteur a déjà donné sa réponse, mais si ça peut servir à d'autres! Dernière modification : 09/12/2019 - par Vad

Publié par

Bonjour,

Je souhaite apporter ma réponse à votre interrogation, mais je me dois d'indiquer, par souci de transparence, que je suis l'un des fondateurs de l'École HEAD et y enseigne depuis sa création en 2012 (cours d'initiation à la rédaction contractuelle en langue française et cours d'initiation aux aspects juridiques des opérations de financement).

— Sur les critiques dont l'École HEAD devrait nécessairement faire l'objet du seul fait qu'elle est une école privée :

Je ne comprends pas quelles pourraient être ces critiques ni quelle serait leur justification. Il n'y a rien, dans l'enseignement du droit, qui implique qu'il doive nécessairement être prodigué dans le cadre d'une institution publique. Cela est vrai de l'enseignement du droit comme de celui d'autres matières. Il existe bon nombre d'écoles privées de commerce ou d'ingénieurs, comme il existe d'ailleurs depuis fort longtemps une faculté privée de droit à Paris (la FACO).

La part des écoles privées dans l'enseignement supérieur est d'ailleurs en forte croissance (+77% depuis 1998 – voir https://www.educavox.fr/accueil/debats/le-boom-du-prive-dans-l-enseignement-superieur-francais).

En outre, le dessein des fondateurs de l'École HEAD n'a jamais été de "contester" le supposé monopole de l'université, mais simplement d'offrir un enseignement n'existant pas ailleurs, très axé sur les savoirs professionnels. Pour créer une telle offre, on peut soit proposer à l'université qu'elle le fasse elle-même, mais elle n'est pas une institution qui évolue facilement, surtout à l'instigation de personnes situées hors de son sérail ; soit le faire par nos propres moyens, ce que nous avons fait.

— Sur la reconnaissance (ou non) d'un diplôme par l'État :

Je vous livre mon point de vue personnel (qui est celui d'un avocat ayant recruté des dizaines de stagiaires et collaborateurs au cours de sa carrière et ayant d'ailleurs été chargé pendant plusieurs années du recrutement de tous les stagiaires dans un important département de l'un des plus grands cabinets d'avocats d'affaires mondiaux).

La reconnaissance d'un diplôme par l'État ne m'importe aucunement. Il en irait autrement si une telle reconnaissance était à elle seule un gage fiable de la qualité du candidat (sur le plan des compétences techniques – les questions de personnalité étant une autre affaire, avec laquelle le diplôme na rien à voir) ; mais force est de constater que tel n'est pas le cas. Cela n'est pas une critique de l'université : l'absence de sélection lui est imposée. Au final, ce que l'université ne fait pas en matière de sélection, le marché du travail se charge de le faire (et c'est brutal).

Donc, lorsque je rencontre un candidat, je ne me demande pas si son diplôme est reconnu par l'État. Qu'il soit diplômé d'Assas, de la Sorbonne, de Bordeaux ou de toute autre faculté de droit, je m'intéresse (outre sa personnalité) aux connaissances juridiques qu'il a acquises (sait-il par exemple expliquer ce qu'est un bien immeuble par destination, la subrogation réelle, la novation ou la confusion, etc.), à sa façon de raisonner et de s'exprimer et à son ambition.

Je tempère néanmoins mon propos : il est indispensable pour le candidat d'avoir un M1 reconnu par l'État, pour la seule raison que cela est indispensable à l'entrée en CRFPA et que le passage par le CRFPA est indispensable à l'entrée dans la profession d'avocat. Cette nécessité existe d'ailleurs aussi dans une grande mesure pour ceux qui se destinent à une carrière de juriste d'entreprise, car la plupart des grandes entreprises ne recrutent que des candidats qui ont le CAPA (voire une expérience de quelques années en cabinet), d'une part pour pallier l'absence de sélection à l'université et, d'autre part, pour ne pas avoir à investir elle-mêmes dans la formation professionnelle initiale de la personne recrutée.

— Sur le coût d'une formation privée :

À titre de comparaison, il est utile de noter le coût moyen annuel pour la collectivité de l'enseignement supérieur en France : 11.670 € par étudiant en 2017 (source : https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/FR/T496/la_depense_d_education_pour_l_enseignement_superieur/).

Tout étudiant qui envisage d'investir dans une formation payante doit évidemment se livrer à une analyse coût/bénéfice sérieuse. S'il estime qu'une formation qui lui coûte 6.000 € va lui permettre de décrocher un job lui procurant une rémunération annuelle supérieure de 6.000 € à ce qu'il pourrait autrement obtenir, donc un investissement amorti en un an seulement, alors il me semble que cela doit valoir le coup. À titre d'exemple, les rémunérations proposées par les grands cabinets d'avocats d'affaires à Paris sont aujourd'hui de l'ordre de 90.000 € (en rétrocession annuelle).

Par ailleurs, le point de vue consistant à imaginer qu'une école comme HEAD est créée pour fournir à ses fondateurs une confortable source de revenus est aux antipodes de la réalité (voire plus loin encore). Personnellement, j'ai jusqu'à présent agi dans le cadre de HEAD à titre gracieux. Toutes les personnes que je côtoie et qui se dévouent au développement de l'École HEAD le font par passion et envie de transmettre leur savoir.

— Sur la qualité de l'enseignement :

Concernant le programme HEAD en lui-même (qui n'a pas la même configuration que ce que fournit HEAD dans le cadre du magistère de Bordeaux) : 500 heures de cours, dont une bonne moitié en anglais ; des cours de droit prodigués par d'éminents professeurs universitaires (de la Sorbonne notamment) ; et beaucoup de cours enseignant des savoirs professionnels, prodigués par des professionnels en activité (rédaction contractuelle, techniques de négociation, art oratoire, conduite d'un contentieux – avec procès simulé au tribunal de grande instance ou de commerce de Paris, devant un jury de magistrats en exercice –, conduite d'une opération de fusion-acquisition, clinique du droit avec des créateurs d'entreprise de la pépinière de start-ups de l'École Polytechnique, et beaucoup d'autres matières).

La meilleure solution pour vous faire une idée de ce que propose HEAD est d'en parler avec d'anciens étudiants et de constater ce qu'est aujourd'hui leur parcours professionnel. Contactez notamment l'association des anciens de l'École (sur Facebook ou LinkedIn). Bien sûr, vous trouverez toujours des mécontents – le contraire serait étonnant. Toute critique est bonne à prendre, d'ailleurs. Pour ma part, toutefois, quand j'entends une critique, j'aime bien faire comme l'imbécile du proverbe chinois, qui regarde le doigt quand le sage lui montre la lune : certes, je vois la lune, mais je veux aussi savoir à qui appartient le doigt, s'il s'agit vraiment d'un sage et quelle est sa motivation à me montrer la lune – en l'occurrence, je me demanderais si celui qui pointe le doigt a obtenu son diplôme ou non...

Concernant le programme HEAD prodigué dans le cadre du magistère de Bordeaux : 2020 n'est que la première année de ce programme, mais les étudiants ont déjà eu quelques rencontres avec les intervenants HEAD. Je vais moi-même enseigner mon cours de rédaction contractuelle aux étudiants de Bordeaux durant le mois de juin (en "distanciel") et, compte tenu de l'accueil positif qu'a eue la présentation introductive de ce cours en mars dernier, je ne doute pas des commentaires que ces étudiants pourront vous faire passé le mois de juin.

Bonne chance en tout cas dans la recherche d'une formation qui vous conviendra ! Dernière modification : 01/05/2020 - par hken

Publié par
LouisDD Administrateur

Bonjour

Merci pour ces précisions « de l’intérieur ».

Contacter les anciens élèves (via les réseaux sociaux) est effectivement quelque chose qui peut être intéressant pour ceux qui se posent des questions.

Pour ce qui sont des critiques à l’encontre de la HEAD, effectivement on peut se demander si les étudiants en question ont réussi leur diplôme... mais au delà de cela, avec les principales problématiques auxquelles notre forum a pu être confronté par ses membres (non-délivrance des attestations de réussite, frais supplémentaires imprévus, non-remboursement des frais d’inscription particulièrement sévère, qualité de la formation...) sur la thématique des écoles privées, comprenez notre invitation à la méfiance et à prendre les précautions nécessaires.

Maintenant, les principaux concernés sont plus avertis, à eux de choisir et d’effectuer la démarche critique qu’il convient d’adopter.

Bonne soiree

__________________________
Le précieux... enfin la charte du forum quoi !

Ma méthode de travail




"Plus que des lois de procédure, ce sont des lois de neutralité fiscale qui sont le meilleur remède aux tentations d'abus de droit." Maurice Cozian (1936-2008)






"Fear," he used to say, "fear is the most valuable commodity in the universe." Max Brooks, WWZ

Publié par
Isidore Beautrelet Administrateur

Bonjour

Effectivement comme le dit Louis c'est bien d'avoir un topo d'un fondateur de cette école.

Mais comme je concluais dans mon premier message, il faut retenir que votre école est destinée à un public post-Master.

Ainsi l'auteur du sujet aurait dû d'abord obtenir un Master avant de pouvoir s'inscrire à l'une de vos formations.

__________________________
Charte du forum

Attendus filière droit

Les études de droit, c'est quoi ?

Méthodologies

Méthodes de travail

Sites utiles pour vos études

Logement étudiant

Job étudiant

Études à distance

Année de césure

Service civique