PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]
Le 05/07/2008 à 11:20
Juriste acharné


Inscrit : 27/09/06
Message(s) : 142 
74,9 % de réussite au bac 2008 ! ...ce qui signifie, sur une classe d'âge, à peu près 89% de réussite. :shock:
Les jeunes sont'ils aujourd'hui vraiment des génies, avec un niveau de français, philo, math, culture générale, histoire, géo, anglais, etc. extrêmement élevé... ou bien le Bac est-il complètement dévalué, quasiment distribué à tous ?
Faut-il le maintenir ou, comme les politiques le suggèrent de plus en plus ouvertement, le réformer profondément (en réduisant beaucoup le nombre d'épreuves), voire le supprimer ?
Le débat (très polémique) est ouvert... Qu'en pensez-vous ?

Poser une question Ajouter un message - répondre
Le 05/07/2008 à 12:03
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
J'en pense que ce débat a déjà été posé sur le forum :wink:

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

Le 05/07/2008 à 12:04
juriste émérite
Doctorant


Inscrit : 03/12/04
Message(s) : 4591 
Je mets le sujet dans actualités :wink:

Pour moi, le bac est juste une étape - importante à cause des oraux qui donnent une expérience, mais auxquels on n'est pas préparé.

Mais je n'irais pas jusqu'à dire que les élèves français sont des génies au vu du taux de réussite... le bac est simplement fait pour des élèves moyens ( bon, je triche, j'ai fréquenté pendant longtemps des professeurs et inspecteurs d'académie donc j'ai écouté ce qu'ils disaient au fil du temps ). A l'exception bien sûr des nouvelles épreuves où même les profs ne sont pas sûrs de ce qu'il faut mettre - par exemple l'épreuve anticipée de maths en 1ère L qu'on a passé l'année de la réforme.

Y a pas à crier victoire parce qu'on a eu le bac comme si c'était extraordinaire, et ceux qui ont été dans des écoles avec examens chaque année depuis le primaire le voient sans doute de la même façon. Enfin j'ai du mal à dire qu'il y a un bon niveau d'expression quand je lis certaines copies de L1 sortant du bac.

Je serais peut-être plus partisane du contrôle continu, avec une série d'épreuves au bout pour décider d'une mention. Parce que je ne pense pas que tout réviser en masse soit bénéfique pour les connaissances, et c'est mettre beaucoup de stress pour pas grand chose au final... c'est dommage. Ce n'est pas un rapport sain avec l'enseignement que de se dire qu'on va vraiment travailler " pour le bac ".

Et s'il fallait réformer au-delà, je proposerais d'arrêter de ramener le sport à la matière suprême, ça devient lourd :twisted:

Chuis de la vieille école, je sais :lol:

Edit : le sujet a été posé mais on a de nouveaux membres alors j'en profite pour l'actualiser :lol:

__________________________
Votre sujet a peut-être déjà été traité : avez-vous utilisé la fonction recherche ? :wink:
http://forum.juristudiant.com/search.php

*Membre de la BIFF*

Le 05/07/2008 à 14:07
Intervenant


Inscrit : 19/05/06
Message(s) : 11083 
Bonjour,
Citation de mathou :


Chuis de la vieille école, je sais :lol:


A une certaine époque pas très éloignée, le bac ça servait surtout à...
Citation de Dialogue façon Camille :


- Papa, je voudrais une voiture.
- Passe ton bac d'abord, après on verra...

:wink:

Le 05/07/2008 à 15:42
Juriste acharné


Inscrit : 27/09/06
Message(s) : 142 
Citation de Kem :

J'en pense que ce débat a déjà été posé sur le forum :wink:


Oooops, sorry!
J'avais regardé (sans doute pas sur le bon forum) et je suis désolée si mon topic fait doublon.

Le 05/07/2008 à 16:19
Juriste d'élite


Inscrit : 03/06/07
Message(s) : 590 
* Tout d'abord tout le monde n'a pas le bac:
- environ 70 % d'une classe d'âge passe le bac
- dans ces 70 %, environ 80 % le réussit.

Dans ces 80 % beaucoup l'ont au rattrapage ou alors de justesse.


* Le bac est peut être considéré comme assez facile, mais un bac général avec une mention (surtout mention TB) n'est pas si facile que ça.


* Moi je suis contre le contrôle continu depuis que j'ai vu comment certains profs notaient et surtout le genre de sujet qu'ils donnaient.
ex: en anglais un devoir surveillé en terminale (avec en +un assez gros coeff) où le contrôle de connaissance portait sur la connaissance des verbes irréguliers.
A l'inverse le collègue de ce prof demandait à ces élèves de véritables dissertations en anglais ( avec des thémes souvent philosophique) à ces élèves.

* "c'est mettre beaucoup de stress pour pas grand chose au final."
Moi je trouve que c'est bien qu'il y ait ce premier examen , car je trouve que c'est bien d'apprndre à gérer le stress des exam' avant la fac.

Le 05/07/2008 à 19:53
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
Bon bha j'va me répéter alors :))

Concernant le contrôle continu : ça aide beaucoup. Simplement parce qu'on est habitué très tôt aux examens et au stress qui va avec. Du coup, l'entrée en fac et les examens liés ne sont pas un choc mais un simple exercice tout à fait habituel.

Depuis la 3ème primaire quoi ! C'est à dire : dès le CE2, les petits Belges ont des examens en fin d'année, en plus du contrôle continu.

Pour passer dans la classe supérieure, il faut à la fois avoir de bons résultats tout au long de l'année et de bons résultats aux examens. Simplement parce que la pondération est grosso modo de 50% pour le contrôle continu et 50% pour l'examen final; les 100% étant la côte sur le bulletin de fin d'année qui détermine si tu passes ou pas.

Le bac est, à mon sens, tout à fait inutile. C'est surtout un élément générateur de travail et de sous pour les profs particuliers et les éditeurs d'annales.

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

Le 05/07/2008 à 20:19
Juriste acharné


Inscrit : 27/09/06
Message(s) : 142 
Citation de Kem :

Le bac est, à mon sens, tout à fait inutile. C'est surtout un élément générateur de travail et de sous pour les profs particuliers et les éditeurs d'annales.


Amen. J'ajouterai qu'en plus, ça coûte une petite fortune à organiser chaque année... les impôts ne seraient-ils pas mieux utilisés ailleurs que dans un diplôme qu'obtiennent quasiment tout ceux qui le passent ? :roll:

[size=75:mj41edy9]Excellent la réflexion sur les éditeurs d'annales: je n'y avais pas pensé mais c'est tellement vrai!!! C'est aussi une pompe à fric pour parents paniqués[/size:mj41edy9]

Le 05/07/2008 à 21:20
Juriste d'élite



Inscrit : 15/08/07
Message(s) : 927 
Le bac a une valeur symbolique et politique. L'objectif est d'emmener 80% d'une classe d'âge au niveau bac, c'est écrit dans la loi ...

Pourquoi pas?

Je pense qu'il est bon pour la cohésion sociale qu'une grande partie de la population puisse se prévaloir d'un "niveau minimum commun", même si cela doit se faire au prix d'une baisse de ce niveau.
D'autant plus que beaucoup de métiers/formations ne nécessitent pas un niveau supérieur à ce minimum. Pourquoi priver ces gens du bac donc leur rendre l'accès plus difficile à certains emplois) en haussant le niveau?

En revanche, ce qui est catastrophique, c'est de laisser le niveau baisser tout en maintenant le principe bac = accès à l'université. On constate le résultat aujourd'hui avec d'importants taux d'échec en 1er cycle universitaire.

Certaines formations exigent un niveau supérieur à ce que propose le bac actuellement. Il faut donc instaurer un contrôle. Un pas a déjà été fait en ce sens, les universités donnent leur "avis" sur l'orientation de l'étudiant vers leur établissement. Le problème est que cet avis n'est pas contraignant ...

Pour moi la solution est de garder le bac, le modifier au besoin si ça permet de hausser le niveau tout en conservant le taux de réussite (sinon je ne vois pas l'intérêt) mais surtout de réformer l'accès aux études supérieures en autorisant les universités à sélectionner leurs étudiants (tous les autres établissements le font déjà) ou pour le moins les autoriser à écarter ceux qui n'ont a priori pas les capacités (en laissant une option de rattrapage du genre année préparatoire aux études sup).

__________________________
«Everyone is entitled to his own opinions, but not to his own facts.» (Pat Moynihan)

http://faclyon3.forumsactifs.net
http://www.jmonnet-entraide.com
http://www.jmledroit.blogspot.com

Le 05/07/2008 à 21:54
Juriste d'élite


Inscrit : 24/10/05
Message(s) : 1887 
Je plussoie Doui.

L'orientation active c'est un pas, mais c'est pas suffisant.

Citation de UFR à Morsula :

Au vu de vos résultats et de vos motivations, vous avez, semble-t-il, de bonnes chances de mener à bien des études dans la filière que vous avez choisie.


Je pense aux autres bacheliers STG qui s'inscrivent dans les filières types économie-gestion ou maths-info, c'est pas une bonne chose car pour la plupart ils vont se planter. En droit aussi vous me direz si on compare à AES, mais tout ça dépend de la motivation et des capacités de l'élève, mais pour les maths le programme de STG n'est clairement pas comparable à ce qui se fait en S donc s'inscrire en maths-info c'est clairement prendre le risque de se planter.

Du coup le problème du bac c'est ses spécialités. On associe volontiers le bac S à ce qui se fait de mieux, au détriment d'autres filières comme L par exemple, qui a quand même une vocation à la culture générale en orientant ses spécialisations sur la littérature, la philosophie et les langues.

Le 05/07/2008 à 22:59
Juriste intéressé


Inscrit : 05/11/07
Message(s) : 17 
Les réactions style "ouais le bac c'est donné" (ce que tout élève de terminale vous dira remarque :roll: ), "y sert à rien"," le bac n'a plus aucune valeur" m'amène à une petite réflexion: que doit vivre, subir ceux qui se plantent à cet examen ?

Puy-de-Dôme, Le 06/07/2008 à 02:45
Juriste d'élite
Licence 1


Inscrit : 17/02/07
Message(s) : 2462 
Quand mon père a passé son bac il était en deux parties (ne l'a pas eu car il faisait parti de la Croix-Rouge et c'était pendant la seconde guerre mondiale donc quand il y avait une alerte, il faisait le mur), quand je l'ai passé fin des années 70, bac A4 c'est-à-dire deux langues vivantes (ceff.3), maths (coeff 3), philo (coeff. 7), français (coeff.4, oral : ceff.1, écrit : coeff. 4), ...je ne l'ai pas eu car la direction en première A4 a privilégiée ce qui était littéraire et m'a supprimé ce qui était scientifique donc quand je suis passée en terminale, j'ai eu des maths et j'étais "larguée" par rapport aux autres qui en avaient fait en première.
Je n'ai pas le bac et les employeurs me posent toujours la question. "Vous avez le bac ? " alors qu'ils ont mon curriculum-vitae sous les yeux.
Même s'il n'a pas la valeur qu'il avait autrefois, je pense qu'il faut le garder. C'est un passage dans la vie d'adulte.

__________________________
Jean Foyer : « Le juge de l’administration : l’administration de ce juge. »
"Juger l’administration c’est encore administrer ».


http://www.u-clermont1.fr/
-université d'excellence dans le magazine "Challenge" de juin 2009-

Le 06/07/2008 à 08:57
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
Avé Doui et Morsula : pas besoin de subir un diplôme cher et stygmatisant pour garantir le fait qu'une certaine part de la population ait un niveau minimum.

Il suffit de terminer ses études secondaires avec succès.

Je réitère : le bac, dans sa conception actuelle, a perdu tout l'intérêt qu'il avait lors de sa création. Il sert juste à valider la fin d'un cycle d'études et donc la garantie d'un certain niveau de connaissance, l'examen de réussite de dernière année suffit.

Pareil pour l'accès à l'université : on termine le cycle secondaire avec succès, on a accès à la fac.

Alors, comme le soulève Morsu, le fait de se retrouver cantonné dans une option qui te suivra toute ta scolarité et t'empêchera peut être d'avoir accès à la fac de ton choix, c'est le summum de l'idiotie.

Mais bon, bref.

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

Le 06/07/2008 à 09:39
Intervenant


Inscrit : 19/05/06
Message(s) : 11083 
Bonjour,
Citation de Septime :


que doit vivre, subir ceux qui se plantent à cet examen ?

Parce qu'ils n'y sont pas préparés…
Solution : en s'aidant d'Internet, faire la liste des personnalités connues qui ont "plutôt pas mal réussi dans la vie" et qui n'ont (n'avaient) pas le bac.
(et je ne mettrais même pas dans la liste Pascal, Descartes, Beethoven, Mozart, Louis XIV et Napoléon, qui, eux non plus, n'ont jamais eu le bac…)

Le 06/07/2008 à 09:40
Intervenant


Inscrit : 19/05/06
Message(s) : 11083 
Bonjour,
Citation de fan :


Je n'ai pas le bac et les employeurs me posent toujours la question. "Vous avez le bac ? " alors qu'ils ont mon curriculum-vitae sous les yeux.

Rien que pour voir, essayez de répondre "Non, c'est d'ailleurs un de mes points communs avec Einstein…"
:wink:


PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]