Un dictateur en visite officielle en France...

Index des forums > Forum Actualité

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ]
Le 11/12/2007 à 14:39
Juriste d'élite


Inscrit : 24/10/05
Message(s) : 1887 
Citation :

Le numéro un libyen, Mouammar Kadhafi, est arrivé, mardi 11 décembre, à 11 h 45 au Palais Bourbon, où il a rencontré le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, avant une réception boycottée par la gauche et une partie de la majorité. En visite officielle en France, M. Kadhafi devait rester environ une heure dans l'enceinte du Palais Bourbon mais il ne s'exprimera pas dans l'Hémicycle, malgré le souhait qu'il avait exprimé, comme cela est parfois le cas de certains chefs d'Etat, comme Bill Clinton, Abdelaziz Bouteflika ou Juan Carlos d'Espagne.

Echarpe noire, cape noire, costume noir sur chemise verte avec un badge lui aussi vert en forme de continent africain, le leader libyen est arrivé dans une limousine blanche, accueilli dans la cour par M. Accoyer, la garde républicaine à pied étant placée de part et d'autre d'un tapis rouge. Sur le perron de l'hôtel de Lassay, résidence officielle du président de l'Assemblée, les honneurs lui ont été rendus. MM. Kadhafi et Accoyer se sont serré la main devant les drapeaux des deux pays dans le vestibule de la résidence. Puis les deux hommes se sont rendus dans le petit salon pour un entretien programmé pour une quinzaine de minutes. M. Accoyer a indiqué dans la matinée qu'il aborderait avec le chef de la Jamahiriya libyenne la question du "cheminement" de Tripoli vers la démocratie.

"IL EST IMPORTANT DE RAPPELER NOS VALEURS"

M. Kadhafi devait rencontrer ensuite plusieurs responsables parlementaires dans la salle des Fêtes, parmi lesquels le président du groupe d'amitié France-Libye, Patrick Ollier (UMP), le président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée Axel Poniatowski. "La démocratie contamine les autres Etats, c'est quand on se parle qu'on résout les problèmes", a justifié Renaud Muselier, ancien secrétaire d'Etat aux affaires étrangères.

Les députés de gauche (PS, PCF, Radicaux et Verts), eux, boycottent la réception. "L'Assemblée nationale, ce n'est pas n'importe quel lieu, c'est l'institution parlementaire qui s'inscrit dans une longue tradition des droits de l'homme. Il est important de rappeler nos valeurs. Je regrette profondément cette visite et nous continuerons de protester", a déclaré, peu avant l'arrivée de M. Kadhafi, le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault. Des députés UMP invités ont également annoncé leur intention de boycotter cette rencontre.


Citation :

Mouammar Kadhafi dit n'avoir pas abordé la question des droits de l'homme avec Nicolas Sarkozy

Une interview du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, en visite en France, accordée au journaliste de France 2 David Pujadas, sera diffusée ce mardi soir dans le journal de 20 heures, a annoncé la chaîne publique dans un communiqué. Il s'agit selon France 2 de la "seule interview qu'accorde M. Kadhafi à une télévision française" durant son séjour. Le président libyen y déclare notamment qu'il n'a pas abordé la question des droits de l'homme lors de sa rencontre, lundi, avec Nicolas Sarkozy, contredisant ainsi les affirmations du président de la République. (avec AFP)


Ma déception envers le gouvernement actuel grandi de jour en jour comme une vilaine tumeur. Mépris des droits de l'homme et négociations commerciales avec un dictateur favorable au terrorisme. C'est aberrant, c'est le syndrome American-like. Le président semble vouloir pousser son destin, à sa guise, mais je ne partage pas l'idée de me faire assassiner à la Kennedy comme une mort glorieuse, une funèbre consécration.

Poser une question Ajouter un message - répondre
Le 11/12/2007 à 17:20
Juriste acharné


Inscrit : 17/04/07
Message(s) : 101 
Citation :


L’éditorial de Pierre Rousselin du 10 décembre 2007.

À écouter les critiques, Mouammar Kadhafi devrait rester sous sa tente et, surtout, ne pas venir à Paris troubler notre bonne conscience.

L’homme est fantasque, imprévisible, adepte des provocations au goût douteux. Certes. Mais la frayeur qu’il inspire va bienau-delà.

Elle n’a rien à voir avec le terrorisme, pratique qu’il a exercée avec une redoutable assiduité, mais qu’il a maintenant abandonnée. Si la visite de Kadhafi affole tant nos bien-pensants, c’est parce qu’elle remet en cause leurs confortables certitudes.

Qu’un hôte de la République se permette des excentricités serait inconvenant. Qu’il soit à la tête d’un régime peu regardant sur les droits de l’homme suffirait, évidemment, à le proscrire. Le comble est atteint lorsque l’on mentionne les contrats qu’il va signer : pour tous ces censeurs, les milliards libyens ne serviraient qu’à mesurer l’énormité de notre déshonneur.

Qu’ils se rassurent. Contrairement à leurs idées simplistes, la France n’est pas en train de se prostituer devant un tyran d’opérette. Une politique a été définie qui consiste à encourager les pays qui s’amendent et s’engagent sur la bonne voie.

La Libye en est. En 2003, Kadhafi a renoncé à l’armement nucléaire et au terrorisme. Les victimes des attentats de Lockerbie et du DC 10 d’UTA ont, depuis, été indemnisées, les infirmières bulgares libérées. Le passé étant apuré, plus rien ne s’oppose à l’établissement de relations normales avec Tripoli, où nos alliés américains et britanniques ont pris quelques longueurs d’avance sur nous.

Recevoir à Paris le Guide de la révolution libyenne ne signifie pas que l’on pactise avec lui, que l’on adhère à son petit Livre vert, que l’on partage toutes ses lubies. De Gaulle était-il devenu maoïste le jour où il a tendu la main à la Chine ? N’avait-il pas en tête l’évolution spectaculaire qui serait celle de la République populaire ?

En cette époque où chacun se fait juge du bien et du mal, il est temps que la diplomatie retrouve ses lettres de noblesse, que la realpolitik ne soit plus un gros mot. Nous ne pouvons plus nous permettre de n’avoir pour partenaires que ceux qui sont du même avis que nous.

Appliqué à la Libye, ce principe signifie que tout progrès doit être conforté, dans la lutte antiterroriste, dans le renoncement à l’arme nucléaire, dans le comportement sur la scène internatio­nale, dans le respect des principes démocratiques et des droits de l’homme.

Il est de bon ton de railler l’offre faite à Tripoli de lui fournir un réacteur nucléaire. Mais comment convaincre l’Iran de renoncer à la bombe ato­mique si l’on n’aide pas Kadhafi, qui l’a fait, à se doter d’une capacité nucléaire civile ?

La Libye n’est pas un petit pays négligeable. Acteur majeur sur le marché pétrolier, au carrefour de l’Afrique et du monde arabe, menacé par la poussée islamiste, Tripoli joue un rôle clé pour la stabilité d’une région qui nous est primordiale.

Il n’y a aucune honte à le reconnaître et à défendre nos intérêts avec réalisme.
.
Source : le figaro






Citation :


Fustigeant ceux qui «donnent des leçons», Nicolas Sarkozy a justifié la visite controversée du Guide libyen.

Le colonel Kadhafi semble goûter son plaisir. Quittant sa limousine Mercedes blanche à l’entrée de la cour du Palais de l’Élysée, il s’avance seul, à pied, sous la pluie, vers Nicolas Sarkozy, qui descend quelques marches du perron pour l’accueillir. La Garde républicaine joue l’hymne national libyen. Le ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a accompagné le visiteur depuis l’aéroport d’Orly, où le Guide libyen est descendu de son avion au milieu d’un important dispositif de sécurité, avec de nombreux tireurs d’élite allongés sur les toits.

Le Guide de la révolution a abandonné pour l’occasion les boubous qu’il affectionne lors des sommets africains, symboles de son ambition de devenir le chef de file du continent. Aujourd’hui, c’est le Libyen qui s’avance dans la cour, revêtu d’un ample manteau ocre et du bonnet noir traditionnel.

La dernière fois qu’il a monté ces marches, c’était le 24 novembre 1973, et c’est Georges Pompidou qui lui serrait la main. Le jeune révolutionnaire était vêtu à la mode des années 1970: boots et costume croisé cintré sur un col roulé, une audace pour l’époque. Aujourd’hui, le Guide reste attentif à l’air du temps. Il porte un bouc taillé ras, selon la mode internationale. Une chevelure d’un noir profond jaillit de son bonnet. En hommage à sa propre jeunesse, au colonel ascétique qui prit le pouvoir à 29 ans, il salue les photographes en levant le poing, avant de s’asseoir pour un entretien avec Nicolas Sarkozy, le premier d’un voyage qui doit durer cinq jours.

«Le chemin des droits de l’homme»

La rencontre dure un peu moins d’une heure. On parle argent. Le président français révèle, dans un point de presse, que la France va signer «pour une dizaine de milliards d’euros de contrats» avec la Libye. Ce qui équivaut, selon l’Élysée, à «30 000 emplois sur cinq ans». C’est une négociation exclusive qui commence aujourd’hui entre les deux pays et qui se terminera le 1er juillet. La moisson sera importante : 4,5 milliards d’armements, dont 14 avions Rafale, 35 hélicoptères Tigre, Fenec et EC-135, de l’artillerie, 6 navires, des blindés, des radars de défense antiaérienne, plus la remise en état de Mirage F1 achetés par la Libye dans les années 1970. Dans le domaine de l’aéronautique civile, la Libye a signé pour 21 commandes fermes d’Airbus et pris une option pour 9 supplémentaires. Un «accord de coopération» pour le développement de l’énergie nucléaire civile prévoyant la fourniture à terme d’un ou plusieurs réacteurs nucléaires, destinés à la dessalinisation de l’eau de mer, figure aussi au tableau. Dans le domaine du BTP, Vinci prendra part à la construction du nouvel aéroport de Tripoli, et à celle du réseau routier. La firme Veolia assainira l’eau de Tripoli et coopérera avec la Libye dans le gaz et l’électricité. Un accord de sécurité dans la lutte contre le terrorisme a également été signé, ainsi que divers autres : une coopération entre le Louvre et la direction archéologique libyenne, une autre entre l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et la radiotélévision libyenne sur les archives. Enfin le contentieux entre la Libye et l’Institut du monde arabe (IMA) de Paris a été réglé. Avant l’annonce de ces contrats et de ces accords, Nicolas Sarkozy avait assuré qu’il n’y avait pas eu d’échange entre argent et droits de l’homme : «J’ai dit au président Kadhafi combien il fallait continuer à progresser sur le chemin des droits de l’homme, dans tous ses aspects, tout ce qu’il restait à faire», déclare Sarkozy.

Un dernier volet judiciaire

Pour le président français, il s’agit de pousser le dirigeant libyen sur la bonne pente. «La France reçoit un chef d’État qui a renoncé définitivement à la possession de l’arme nucléaire, qui a décidé de rendre les stocks sous contrôle des organisations internationales, qui a choisi de renoncer définitivement au terrorisme et d’indemniser les victimes», explique Sarkozy. «Que dirions-nous aujourd’hui aux dirigeants iraniens si nous ne tendions pas la main au dirigeant libyen qui a choisi lui-même de tourner le dos à l’arme nucléaire et au terrorisme ?», ajoute-t-il. «C’est la France qui a négocié la libération» des infirmières bulgares, et «sans cela, les malheureuses seraient toujours en prison». Nicolas Sarkozy a ensuite fustigé ceux qui «donnent des leçons» en matière de droits de l’homme, «en prenant leur café-crème boulevard Saint-Germain», allusion au philosophe Bernard-Henri Lévy, très critique envers la visite de Kadhafi.

Sarkozy a aussi indiqué qu’il «recevrait les associations de victimes». Le président de l’association Les familles du DC 10 d’UTA en colère, Guillaume Denoix de Saint-Marc, confirme : «Nous serons reçus à l’Élysée. La date n’est pas encore fixée.» L’association, qui rassemble les proches de la plupart des 170 morts dans l’explosion d’un DC 10 d’UTA en septembre 1989, attentat attribué à la Libye, a obtenu des compensations de la Fondation Kadhafi pour chacune des victimes. L’association ne remet pas en question le principe de la visite, même si nombre de ses membres la trouvent difficile à supporter. «Nous comptons demander au président qu’il nous témoigne de son soutien», explique Guillaume Denoix de Saint-Marc. L’association souhaite aussi évoquer le dernier volet judiciaire qui reste à régler avec la Libye. Une condamnation du 5 décembre 2005 n’a pas été exécutée par les Libyens. Elle concerne 350 ayants droit, qui ont obtenu ensemble 3,5 millions d’euros d’indemnités. Hier soir, Mouammar Kadhafi a dîné avec Nicolas Sarkozy. Il a aussi annoncé qu’il se rendrait en Espagne samedi prochain.


Le 11/12/2007 à 18:22
Juriste acharné


Inscrit : 01/12/05
Message(s) : 130 
Juste envie de dire que je trouve plus courageux de communiquer avec quelqu'un pour tenter de s'immiscer même un minimum dans ses affaires afin de le faire changer ne serais ce qu'un peu plutôt que de rejeter tout contact afin de préserver son "honneur". Tendre la main aux plus démunis est chose facile car cela amène nécéssairement une reconnaissance de bonté d'âme mais se plonger dans le "mal" afin de le changer de l'intérieur est effectivement moins honorable en apparence mais bien plus gratifiant à mon sens.

Le 11/12/2007 à 19:08
Juriste d'élite


Inscrit : 26/10/06
Message(s) : 2595 
à mon avis la seule raison de cette visite est de passer des contrats pour l'exploiter comme l'a signalé Sonny :wink:

Le 11/12/2007 à 19:43
Juriste aux dents longues


Inscrit : 05/11/07
Message(s) : 84 
Dans la mesure où l'on vit bien dans un triste monde tragique, tout cela est plus pathétique que scandaleux.

La seule chose qui m'interloque, dans cette lamentable histoire, c'est qu'il s'en trouve encore pour s'en étonner, ou se dire déçus. Ben quoi, les affaires sont les affaires, hein, la France une entreprise et son président-directeur-général un VRP élu pour son bagoût commercial. Bon, ben il signe des contrats pour ses potes, pas un problème que l'autre partie soit une des pires raclures de l'époque contemporaine : l'argent n'a pas d'odeur. Comme le fait si justement remarquer l'article du Figaro, journal bien connu pour son impartialité, la Lybie se contente d'être "peu regardante" pour ce qui est des droits de l'homme, alors on va pas en faire tout un fromage, hein... En plus, ça favorise la démocratie en Lybie, de venir en aide au dictateur, c'est une évidence, non ? Non ? C'est même courageux !

Misère... C'qu'y faut pas entendre, des fois... :roll:

__________________________
"L'histoire, c'est bien, mais c'est un peu vieux." - un étudiant pertinent.

Le 11/12/2007 à 19:44
Juriste d'élite


Inscrit : 09/04/06
Message(s) : 967 
Citation :

"Il ne peut pas y avoir de libéralisation des échanges avec des pays qui ne respectent pas des conditions minimales de dignité des salariés. Notre diplomatie doit être moins soucieuse d’attirer les faveurs de nos clients que d’assurer la rigueur de son éthique. Le prestige de notre pays n’y gagne pas, son commerce non plus. Les intérêts de notre balance extérieure ne justifient donc pas que nous soyons silencieux sur les atteintes aux droits de l’homme qui sont commises dans certains pays."


source [url:w7mvprn9]http://www.ump-legislatives2007.fr/index.php?section=projet&theme=1[/url:w7mvprn9]

__________________________
"....durant les années en cause, ladite commune invitait les promoteurs immobiliers sollicitant des autorisations d'urbanisme à effectuer des contributions volontaires aux finances locales ainsi que les poursuites dont le maire a fait l'objet pour ces faits; ... justifiant suffisamment que la dépense litigieuse a été faite dans l'intérét de la société et peut, dès lors être déduite de ses résultats imposables..." CE 24/05/2006 "M. Genestar"

Le 11/12/2007 à 19:47
Juriste aux dents longues


Inscrit : 05/11/07
Message(s) : 84 
Citation de Murphys :

Citation :

"Il ne peut pas y avoir de libéralisation des échanges avec des pays qui ne respectent pas des conditions minimales de dignité des salariés. Notre diplomatie doit être moins soucieuse d’attirer les faveurs de nos clients que d’assurer la rigueur de son éthique. Le prestige de notre pays n’y gagne pas, son commerce non plus. Les intérêts de notre balance extérieure ne justifient donc pas que nous soyons silencieux sur les atteintes aux droits de l’homme qui sont commises dans certains pays."


source [url:zedfko32]http://www.ump-legislatives2007.fr/index.php?section=projet&theme=1[/url:zedfko32]


Prft... Bwahahahahahahaha !!! :lol: :lol: :lol:

Merci, Murphys, :)) c'est quand même assez éloquent sur le haut degré de foutage de gueule de cette visite... :wink:

__________________________
"L'histoire, c'est bien, mais c'est un peu vieux." - un étudiant pertinent.

Le 11/12/2007 à 19:49
Juriste acharné


Inscrit : 17/04/07
Message(s) : 101 
Le problème c'est qu'il n'y a aucun journal impartial, pour certain un journal de gauche sera impartial, pour d'autre un journal de droite.

Pour ceux qui se plaignent de la façon de gérer on a bien vu que ce que c'etait un pays géré comme une " association à but non lucratif " ( pour rester dans l'imagé ) avec une politique humanitaire de gauche comme Chirac l'à fait. Résultat pour seul exemple on peut parler du budget moyen pour les fêtes de noël qui passe de 800€ en 2002 à 500€ en 2007.

Le 11/12/2007 à 19:57
Juriste aux dents longues


Inscrit : 05/11/07
Message(s) : 84 
Citation de SoNnY54 :

Le problème c'est qu'il n'y a aucun journal impartial,


Oui.

Citation :

pour certain un journal de gauche sera impartial, pour d'autre un journal de droite.


Oui, mais là c'est juste de la mauvaise foi.

Citation :

Pour ceux qui se plaignent de la façon de gérer on a bien vu que ce que c'etait un pays géré comme une " association à but non lucratif " ( pour rester dans l'imagé ) avec une politique humanitaire de gauche comme Chirac l'à fait.


:shock: :shock: :shock: :shock: :lol:

Chirac aussi faisait le VRP, ne serait-ce qu'en Chine. Et tous ses prédécesseurs avec, de gauche comme de droite.

Et l'Etat, en principe, ne devrait rien à voir avec une entreprise.

Citation :

Résultat pour seul exemple on peut parler du budget moyen pour les fêtes de noël qui passe de 800€ en 2002 à 500€ en 2007.


- Y dit qu'il a plus d'genoux.
- Y dit qu'y voit pas l'rapport ?
:wink:

__________________________
"L'histoire, c'est bien, mais c'est un peu vieux." - un étudiant pertinent.

Le 11/12/2007 à 20:01
Juriste acharné


Inscrit : 17/04/07
Message(s) : 101 
Citation de Nébal :


Citation :

Résultat pour seul exemple on peut parler du budget moyen pour les fêtes de noël qui passe de 800€ en 2002 à 500€ en 2007.


- Y dit qu'il a plus d'genoux.
- Y dit qu'y voit pas l'rapport ?
:wink:


Politique de gauche / Pouvoir d'achat, un exemple de résultat :)

Le 11/12/2007 à 20:02
Juriste aux dents longues


Inscrit : 05/11/07
Message(s) : 84 
Citation de SoNnY54 :

Citation de Nébal :


Citation :

Résultat pour seul exemple on peut parler du budget moyen pour les fêtes de noël qui passe de 800€ en 2002 à 500€ en 2007.


- Y dit qu'il a plus d'genoux.
- Y dit qu'y voit pas l'rapport ?
:wink:


Politique de gauche / Pouvoir d'achat, un exemple de résultat :)


- Y dit qu'y voit toujours pas l'rapport, parce qu'y voit pas la politique de gauche de 2002 à 2007... :o

__________________________
"L'histoire, c'est bien, mais c'est un peu vieux." - un étudiant pertinent.

Le 11/12/2007 à 20:04
Juriste acharné


Inscrit : 17/04/07
Message(s) : 101 
Citation de Nébal :

Citation de SoNnY54 :

Citation de Nébal :


Citation :

Résultat pour seul exemple on peut parler du budget moyen pour les fêtes de noël qui passe de 800€ en 2002 à 500€ en 2007.


- Y dit qu'il a plus d'genoux.
- Y dit qu'y voit pas l'rapport ?
:wink:


Politique de gauche / Pouvoir d'achat, un exemple de résultat :)


- Y dit qu'y voit toujours pas l'rapport, parce qu'y voit pas la politique de gauche de 2002 à 2007... :o


Et Chirac a fait quoi ?
Et ce n'est pas un avis partisan, beaucoup de politologues impartiaux partagent cet avis.

Le 11/12/2007 à 20:16
Juriste d'élite


Inscrit : 09/04/06
Message(s) : 967 
Moi je suis curieux de connaitre l'avis des partisans de Sarkozy sur la totale contradiction entre ce qui était promis (le texte que je cite a été repris à différentes reprises dans la campagne présidentielle) et ce qu'il fait avec la Russie, la Chine, et maintenant le dictateur terroriste preneur d'otage etc..., lacheté? mensonge? les deux à la fois?

__________________________
"....durant les années en cause, ladite commune invitait les promoteurs immobiliers sollicitant des autorisations d'urbanisme à effectuer des contributions volontaires aux finances locales ainsi que les poursuites dont le maire a fait l'objet pour ces faits; ... justifiant suffisamment que la dépense litigieuse a été faite dans l'intérét de la société et peut, dès lors être déduite de ses résultats imposables..." CE 24/05/2006 "M. Genestar"

Le 11/12/2007 à 20:18
Juriste acharné


Inscrit : 01/12/05
Message(s) : 130 
Citation de Nébal :

Dans la mesure où l'on vit bien dans un triste monde tragique, tout cela est plus pathétique que scandaleux.

La seule chose qui m'interloque, dans cette lamentable histoire, c'est qu'il s'en trouve encore pour s'en étonner, ou se dire déçus. Ben quoi, les affaires sont les affaires, hein, la France une entreprise et son président-directeur-général un VRP élu pour son bagoût commercial. Bon, ben il signe des contrats pour ses potes, pas un problème que l'autre partie soit une des pires raclures de l'époque contemporaine : l'argent n'a pas d'odeur. Comme le fait si justement remarquer l'article du Figaro, journal bien connu pour son impartialité, la Lybie se contente d'être "peu regardante" pour ce qui est des droits de l'homme, alors on va pas en faire tout un fromage, hein... En plus, ça favorise la démocratie en Lybie, de venir en aide au dictateur, c'est une évidence, non ? Non ? C'est même courageux !

Misère... C'qu'y faut pas entendre, des fois... :roll:


Etre blasé de tout présente effectivement l'avantage de ne pas se soucier de grand chose, mais bon nous sommes dans un pays libre , si vous pensez que c'est en rompant tout contact que l'on arrive à mieux tenter de maitriser l'évolution des choses,..

Le 11/12/2007 à 20:21
Juriste d'élite


Inscrit : 09/04/06
Message(s) : 967 
Il y'a un monde entre visite tapis rouge le jour de l'anniversaire de la CEDH et un refus de visite.
Et puis, je voudrais bien savoir où se situe l'avancé de cette pourriture en matière de Droit de l'Homme : liberté de la presse? d'expression? de conscience? liberté d'association? droit à la surété (pas de détention arbitraire)? droit à un procés équitable?

__________________________
"....durant les années en cause, ladite commune invitait les promoteurs immobiliers sollicitant des autorisations d'urbanisme à effectuer des contributions volontaires aux finances locales ainsi que les poursuites dont le maire a fait l'objet pour ces faits; ... justifiant suffisamment que la dépense litigieuse a été faite dans l'intérét de la société et peut, dès lors être déduite de ses résultats imposables..." CE 24/05/2006 "M. Genestar"


PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ]