Le droit est-il un domaine bouché ?

Index des forums > Forum Orientation, Métiers du droit

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ] [ 7 ] [ 8 ] [ 9 ] [ 10 ] [>>]
Jura, Le 28/11/2016 à 22:52
Modérateur
Licence 2


Inscrit : 17/09/16
Message(s) : 386 
Pour ceux qui souhaitent faire un métier rentable je me permet de vous conseiller un excellent site :

fdj.fr


À ma connaissance, pas mieux pour avoir le meilleur ratio taux horaire...

__________________________
Au delà du possible.

Poser une question Ajouter un message - répondre
Paris, Le 28/11/2016 à 23:07
Juriste intéressé
Master 2


Inscrit : 05/10/16
Message(s) : 46 
Oula vous le voyez violent le droit Isidore :p

La vision de l'étudiant en droit pourrait aussi être celle-là
https://www.youtube.com/watch?v=C_YwNlRrL-w

Il y a ceux qui se prennent pour des avocats
https://www.youtube.com/watch?v=0ShfDuulqCg

Ceux qui passent le CRPFA
https://www.youtube.com/watch?v=MeliwByEX24

https://www.youtube.com/watch?v=oE4GkQ57vog

Le 29/11/2016 à 01:02
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
J'ai lu vos messages et je suis assez d'accord... Mais il faut tout de même comprendre qu'on fait des études avant tout pour gagner sa vie, et si possible d'une façon relativement meilleure qu'une personne exerçant un emploi ne requérant aucune ou de faibles qualifications. Le caractère long et ardu des études de droit ne peut que renforcer cette mentalité. A moins, encore une fois, d'avoir le luxe de pouvoir étudier uniquement en pensant à se cultiver sans se soucier de l'argent... Combien d'étudiants en droit sont réellement passionnés ? Vraiment passionnés ? Il faut bien souligner que la plupart d'entre-eux parviendront à s'insérer professionnellement après leurs études, mais souvent dans des domaines ayant peu de liens avec le droit. J'ai l'impression que ce sont des études assez ingrates, dans la mesure où les professions réellement intéressantes - et qui motivent d'ailleurs la plupart des lycéens à s'orienter en droit - ne concerneront qu'une minorité des étudiants.

Le 29/11/2016 à 01:12
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
Je suis d'avis qu'il existe un manque de transparence quant aux débouchés effectifs du droit. Quand je vois un professeur faire miroiter la profession de juge à des L1 (la magistrature, rappelons-le, c'est 200 places par an, dont la majeure partie est raflée par les sortants de Sciences-Po Paris), je me dis qu'il existe une sacrée déconnexion entre le monde universitaire et la réalité. Au vu de l'engouement que suscite cette filière universitaire (la plus prisée), je pense qu'on devrait informer les élèves dès le lycée (et surtout en L1) de toutes les réalités qu'elle recouvre. On devrait leur dire que c'est un concours masqué, que seuls les meilleurs seront acceptés dans les (très) bonnes formations de Master et qu'il ne s'agit pas de valider toutes ses années à la moyenne (et de surcroît aux rattrapages) mais de valider à plus que la moyenne en prenant la peine d'effectuer des stages en licence. Cela permettrait peut-être de limiter la surpopulation en L1 et d'éviter les désillusions. L'université est par essence déconnectée du monde professionnel...

Le 29/11/2016 à 07:46
Administrateur
Doctorant


Inscrit : 16/06/16
Message(s) : 3697 
Bonjour

Citation :
J'ai l'impression que ce sont des études assez ingrates, dans la mesure où les professions réellement intéressantes - et qui motivent d'ailleurs la plupart des lycéens à s'orienter en droit - ne concerneront qu'une minorité des étudiants.


Mais c'est pareil pour toutes les études



Citation :
Je suis d'avis qu'il existe un manque de transparence quant aux débouchés effectifs du droit.


Dans ma fac il y a souvent des forums sur les débouchés Bac+2, +3, +4, +5. Mais je trouve qu'il n'y pas assez d'étudiants qui viennent s'informer.

__________________________
Charte du forum : http://www.juristudiant.com/forum/charte-de-bonne-conduite-a-lire-avant-de-poster-t11.html

E-books Droit GRATUIT : http://www.juristudiant.com/forum/e-books-droit-gratuit-t27649.html

Méthode de travail : http://www.juristudiant.com/forum/ma-methode-de-travail-t27834.html

Méthodologie : http://www.juristudiant.com/forum/modeles-de-methodologie-f56.html

Sites utiles pour vos études : http://www.juristudiant.com/forum/sites-utiles-pour-vos-etudes-t27902.html

Logement étudiant : http://www.lokaviz.fr/

Job étudiant : http://www.jobaviz.fr/

Année de césure : https://www.animafac.net/actualites/savoir-lannee-cesure-luniversite/

Service civique : http://www.service-civique.gouv.fr/

Demande de conseil juridique : http://www.legavox.fr/

Le 29/11/2016 à 11:33
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
Ce n'est pas vraiment pareil pour toutes les filières... En médecine, les reçus au concours de la P1 sont certains d'avoir quelque-chose de potable plus tard. En histoire, le débouché logique est l'enseignement. En école de commerce, quand on parvient à rentrer, on est certain d'en sortir diplômé... Le droit, c'est différent : des débouchés riches, mais avec un concours masqué à la clé... souvent ponctué de véritables concours.

Paris, Le 29/11/2016 à 12:26
Intervenant


Inscrit : 08/11/08
Message(s) : 2136 
Citation :
L'université est par essence déconnectée du monde professionnel...

Oui et non, en ce sens que ce n'est pas que de la faute de l'université. Mais avant de porter un jugement, il faut prendre en compte tous les paramètres :

- Les étudiants sont tout aussi déconnectés des réalités. Ils pensent que réussir en droit conduit aux meilleurs professions, mais c'est faux : les meilleurs ont les meilleurs places. En médecine c'est la même : pour l'internat, les meilleurs vont là où ils veulent (un peu comme en M2), les autres prennent les places restantes et se retrouvent en médecine du travail. On peut multiplier les exemples : un étudiant qui rate ses concours après math spé va se retrouver dans une petite école ou en fac de math, les meilleurs partiront dans les grandes écoles... C'est le jeu.

- En médecine, il y a un numerus clausus : autorisons seulement 200 passages en L2 sur 1000 inscrits en L1, il n'y aurait pas autant de sélection en M2. Mais il ne faut pas oublier l'aspect politique de la chose : des étudiants en L2, en L3, en M1, en M2 (même s'il ne mène à rien), c'est autant d'inscrits en moins sur les listes du chômage. Donc, inutile de taper sur l'université à ce niveau-là, c'est un choix purement politique. On préfère être dans l'affichage plutôt que dans l'utile.

Bref, on en revient toujours au même point, seul le travail porte ses fruits. Par contre, ce qui devient problématique, c'est cette tendance à tout systématiquement remettre en cause et ne plus accepter l'échec. C'est ce que je répète souvent à mes étudiants : ils sont les seuls responsables de leur échec... Tout comme ils sont les seuls responsables de leur réussite.

__________________________
« Je persiste et je signe ! »

Docteur en droit, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Le 29/11/2016 à 12:39
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
Absolument, mais un étudiant en médecine qui passe le cap de la P1 finira au pire généraliste, dentiste, pharmacien ou sage-femme. Combien d'étudiants en droit trouvent du travail dans un domaine n'ayant pas grand chose à voir avec le droit ? Beaucoup, beaucoup... J'ai lu un excellent billet à ce sujet, rédigé par un professeur de droit : http://patrickmorvan.over-blog.com/article-23224008.html

"(...) En somme, vous avez une chance sur deux que le droit soit votre métier en fin de Master 1 et, si tel est le cas, trois chances sur quatre d'être un simple employé que l'ennui guettera rapidement (...)"

Le 29/11/2016 à 13:07
Administrateur
Doctorant


Inscrit : 16/06/16
Message(s) : 3697 
Bonjour

Je préfère laissé de côté la médecine qui est un cas à part.
Si on prend toutes les autres formations (lettre et langues étrangères, histoire-géographie, sciences "dures", sociologie, économie ... ...), la situation est la même, parfois pire.

Tout ça pour dire que ce n'est pas spécifique au droit. C'est le contexte qui a changé. Aujourd'hui il y a beaucoup plus de personnes qui sortent avec un M2 dans toutes les filières, et forcément cela a un impact sur le marché du travail.

En résumé, même si vous changez de filière le problème sera identique.





Citation :
En école de commerce, quand on parvient à rentrer, on est certain d'en sortir diplômé...

Oui mais pas avec un boulot, donc c'est encore le même problème.

__________________________
Charte du forum : http://www.juristudiant.com/forum/charte-de-bonne-conduite-a-lire-avant-de-poster-t11.html

E-books Droit GRATUIT : http://www.juristudiant.com/forum/e-books-droit-gratuit-t27649.html

Méthode de travail : http://www.juristudiant.com/forum/ma-methode-de-travail-t27834.html

Méthodologie : http://www.juristudiant.com/forum/modeles-de-methodologie-f56.html

Sites utiles pour vos études : http://www.juristudiant.com/forum/sites-utiles-pour-vos-etudes-t27902.html

Logement étudiant : http://www.lokaviz.fr/

Job étudiant : http://www.jobaviz.fr/

Année de césure : https://www.animafac.net/actualites/savoir-lannee-cesure-luniversite/

Service civique : http://www.service-civique.gouv.fr/

Demande de conseil juridique : http://www.legavox.fr/

Le 29/11/2016 à 13:50
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
D'une façon générale, les études universitaires (à l'exception de médecine) mènent essentiellement à la recherche, l'enseignement et la préparation aux concours... Si on veut se spécialiser rapidement, il n'y a pas 36 000 solutions : BTS, DUT, école spécialisée, licence pro...

Paris, Le 29/11/2016 à 14:07
Juriste intéressé
Master 2


Inscrit : 10/10/16
Message(s) : 34 
Bonjour

Pour Patrick Morvan c'est Faux. Il a prédit aux gens du Cavej qu'ils ne pouvaient avoir de M2. Ce type raisonne comme le marché français c'est à dire en linéaire, de la façon d'un mec qui n'a jamais eu d'hésitation sur sa voie, qui n'est jamais tombé au mauvais endroit au mauvais moment dans une boite genre la personne tombe pendant des licenciements elle n'y peut rien c'est un mauvais choix mais il est lié au hasard et la personne n'est pas voyante et donc ce type dit aux atypiques qu'ils n'ont aucune chance ce qui est très français.

Comme beaucoup de profs il ne croit pas dans les adultes en reprise d'études par exemple car ce sont des autodidactes et quel prof aurait envie de se faire concurrencer par les cours à distance ? Le bémol que je mets est que le Cavej ne propose pas de TD (perso je pense que c'est un tort). En M1 j'en avais ca m'a bien aidé mais je n'étais plus au Cavej qui est une formule mal conceptualisée le but étant de se faire du business.

Je ne suis pas d'accord avec Yann. Votre raisonnement consiste à dire que les meilleurs sont ceux qui ont fait une grande école etc. Mais vous omettez de voir que certains échouent aussi car ils n'ont pas trouvé leur voie.Et quand on voit les conseillers (eux-mêmes en général sont des gens qui n'ont pas trouvé leur voie).

Je dirais surtout par méconnaissance de la réalité des métiers (normal entre ce que vous imaginez et la réalité il y a un fossé sauf que pour tester un métier et voir ce qu'il recouvre à part par un stage vous faites comment ? même si vous aller voir un professionnel du domaine ca ne vous montre pas une semaine type. Et peu de gens hors stage vous prendront à cause de la confidentialité de leur job. Or le stage s'accomplit dans le cadre d'une formation ce qui implique d'être déjà dans un cursus et donc si vous vous rendez compte que ce n'est pas votre truc trop tard vous êtes orienté. Donc soit vous repartez 1 an en arrière et vous perdez un an soit vous continuez et vous ferez un job que vous n'aimez pas.

En fait votre raisonnement et celui du système français est de considérer que l'étudiant dès le bac sait exactement ce qu'il veut comme si les gens étaient tous nés pour faire le même boulot toute leur vie. Ca manque de passerelle de souplesse d'ouverture d'esprit.

Beaucoup perdent des années car ils n'ont pas de projet. Ils ne savent pas quoi faire de leur vie car personne les aide à trouver leur voie qui ils sont. Donc souvent ils font la même chose que leurs parents ou bien sont orientés par eux. Sauf ceux qui savent mais combien savent réellement. Faites un sondage. En L1 beaucoup diront peut être qu'ils veulent être avocat mais ils n'en savent rien ils disent ça car le droit est assimilé à ce boulot. Combien ont réellement cette vocation et combien changeront en cours de route.

Il y a une idéalisation des métiers. Par exemple beaucoup de gens sont déçus du boulot de juristes. Ils aiment leurs cours mais une fois arrivé sur le terrain ils trouvent que c'est pas ce qu'ils veulent.

Je pense que l'échec est dû soit à une mauvaise connaissance de soi/ ou du métier ou du niveau du métier (on se rend compte que ça nous plait pas) ensuite une mauvaise connaissance des filières (en effet de nombreuses écoles sont des boites à fric qui n'ont que faire de l'avenir de leurs étudiants et devant la jungle des formations c'est dur de savoir laquelle est la bonne. Egalement une mauvaise connaissance du marché. Et puis en alternance par exemple, il faut trouver la bonne entreprise. Car certaines ne forment pas et sont malhonnêtes et ca l'étudiant ne le sait pas forcément le hasard et la chance ont une part importante à jouer dans la réussite il n'y a pas que le travail.

Il y a des bons étudiants qui se retrouvent en galère car ils se sont mal orientés et pourtant ils ne sont pas moins travailleurs. D'autres n'osent pas.J'ai des amis qui ont arrêté en licence car ils avaient peur de la sélection donc vous ne pouvez pas dire qu'une personne qui n'a pas fait une grande école ou un bon cursus de A à Z est mauvaise.

Ensuite la France ne reconnait pas les autodidactes. Certains sont pourtant bons ils finissent souvent par créer leur boite car le système français ne reconnait que ce qu'il produit donc il faut correspondre aux cases prédéfinies.

Par exemple Xavier Niel était pirate informatique il a appris sur le tas. Il a abandonné ses études qui lui convenaient pas. En informatique les gens veulent des gens d'école ingénieur. Lui est autodidacte il a appris tout seul.

Dès qu'une personne est différente/atypique elle est rejetée par le système. Par exemple est ce qu'on aide les enfants autistes à s'en sortir ? Ben non.

La preuve quand il y a les Jeux olympiques est ce qu'on expose autant les Jeux handicapés ? ben non. alors qu'ils font des trucs plus durs car eux ont un handicap.

Est ce que les boites qui signent la charte de la diversité recrutent des atypiques ? non plus. Elles recrutent que des clones moins de 26 ans....

Le tort du système français est surtout de souffrir du symptôme de la diplomite aigue. Par exemple le système école de commerce est propre au système français.

Selon le système français une personne qui n'est pas bardée de diplômes n'est pas quelqu'un d'aussi intelligent que le surdiplômé. Quand on sort de fac on est cultivé mais on connait pas grand chose. J'ai plus appris dans mes boulots qu'en faculté où il faut manger des arrêts toute la journée qu'on oubliera assez rapidement. Donc l'intérêt est assez limité. Je ne vois pas en quoi décourager les gens en mettant des matières qu'on croit pas intéressante pour eux en L1 pour les dégouter fera de ces gens des bons juristes.

Il serait plus utile de mettre des matières concrètes dès la L1. Ce qui permettrait de plus de voir rapidement ce qui intéresse chacun. Par exemple l'histoire du droit on s'en balance un peu. On pourrait mettre des matières d'initiation à la place. Au moins ca aurait un intérêt. Car apprendre aux gens la constitution ok c'est bien mais ca on le voit aussi en cours d'histoire et le but est de former à un métier. Car être instruit c'est bien mais le but est de travailler derrière pour gagner sa vie. Donc pourquoi coller des cours d'histoire des carolingiens en L1 ? ca sert à rien.

Quand on sort d'un master on ne sait pas grand chose. La meilleure école est l'école de la vie et le système français (surtout en droit) a des années de retard sur ça. Combien d'années la France a mis pour enfin créer des filières de droit en alternance.

Et encore maintenant il y a plein de filières pro (au moins les gens touchent le terrain genre en immo on peut faire licence pro master pro immo au moins c'est formateur).

Le revers est que la licence pro couvre moins de connaissances car elle ne couvre que sa branche. Mais la générale est trop générale. Donc si une personne est en M1 elle devrait automatiquement pouvoir terminer le M2.

Il faut reconnaitre que laisser ouverts des master qui ne mènent à rien est criminel de la part des directeurs de ces M2 (ce que dit très bien Patrick Morvan). Le raisonnement étant ca me permet d'en vivre et tant pis si l'étudiant va aux casses pipes ce que je trouve hyper égoiste de la part du directeur de M2.

Non les étudiants ne sont pas les seuls responsables de leurs échecs. Si on aidait les jeunes à s'orienter beaucoup ne seraient pas en difficulté.

__________________________
"Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles" (Oscar Wilde)

Le 29/11/2016 à 15:16
Modérateur



Inscrit : 01/11/11
Message(s) : 2761 
Bonjour

Citation :
En fait votre raisonnement et celui du système français est de considérer que l'étudiant dès le bac sait exactement ce qu'il veut comme si les gens étaient tous nés pour faire le même boulot toute leur vie. Ca manque de passerelle de souplesse d'ouverture d'esprit.

Il est effectivement vrai que certains étudiants ne savent pas exactement que faire après le bac, mais justement les passerelles existent, en L1 les étudiants doivent pouvoir s'ils le désirent se réorienter c'est prévu dans les textes

Citation :
Ensuite la France ne reconnait pas les autodidactes. Certains sont pourtant bons ils finissent souvent par créer leur boite car le système français ne reconnait que ce qu'il produit donc il faut correspondre aux cases prédéfinies.

Pas tout à fait d'accord, les validations d'acquis cela existent et c'est très utilisé et qui les délivrent hum ? et bien les universités.
Tenez Stéphane Plazza aucun diplôme à la base, il a forcément fait valider sa pratique professionnelle pour qu'on lui délivre un diplôme de droit sinon il n'aurait pas pu ouvrir d'agence immobilière.
Bon je donnais juste cet exemple parce qu'il est connu, mais je connais quantité de personnes qui sont passés par ce biais

__________________________
Merci de lire et de respecter la charte du forum http://www.juristudiant.com/forum/charte-de-bonne-conduite-a-lire-avant-de-poster-t11.html

Le 29/11/2016 à 15:24
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
Je trouve néanmoins que P Morvan décrit bien la réalité...

Paris, Le 29/11/2016 à 16:16
Intervenant


Inscrit : 08/11/08
Message(s) : 2136 
Lamusiciennedelaube, ton message peut s'entendre, je suis d'accord que tout n'est pas parfait et que des choses pourraient être améliorées, mais ton discours est idéaliste. A te lire, le système doit faire au cas par cas, s'adapter aux particularités de chacun, etc.

En utopie, oui, on fonctionne comme ça, pas dans la vraie vie. Je suis beaucoup plus pragmatique, et là est le sens de ma formule quand je dis que les étudiants sont seuls responsables de leur échec. On peut discuter à n'en plus finir des imperfections, réelles ou supposées, du système, le critiquer, vouloir le réformer, etc. C'est bien beau, mais ça ne change rien au concret. Pour moi, le pragmatisme l'emporte sur l'idéalisme : on ne changera pas le système, c'est à nous (étudiants, jeunes, etc.) de nous adapter à ce système.

D'ailleurs, à te lire, on a l'impression que toute erreur d'orientation conduit à la ruine, je ne suis pas aussi catégorique : on a chaque années des dizaines d'étudiants qui ont un ou deux ans de retard, qui ont été en filière X ou formation Y avant de venir en droit (l'inverse marche aussi) et ils s'en sortiront très bien. Perdre une ou deux années, ce n'est pas dramatique, mais on en revient à mon point de départ : la réussite est conditionnée aux exigences du système.

Tous les L1, plus généralement tous les étudiants, sont logés à la même enseigne : les cours délivrés sont les mêmes, les examens sont les mêmes, il n'y a qu'à bosser. Bien sûr que le quotidien de chacun est différent, mais il est selon moi trop facile de renverser systématiquement la donne en tapant sur le système sans se remettre en question.

Voilà d'ailleurs le sens profond de ma remarque : trop d'étudiants, et sûrement trop de gens de façon générale, se plaignent, cherchent des causes extérieures à leur échec... Il faut arrêter avec ça : évidemment que sur 1000 étudiants, une infime minorité va être victime de ses problèmes personnels, de ces soucis de santé, de son origine sociale, et de plein d'autres trucs. Oui, c'est triste, c'est injuste, il n'y a pas à discuter de ça, mais faut-il pour autant faire de cas particuliers des généralités ? Pour moi, la réponse est clairement non, et la cause n° 1 de l'échec est le manque de travail, voire le manque de maturité qui fait que les étudiants sont incapables de se projeter quelques années en avant. Franchement, est-il si difficile de se dire qu'il faut bosser dès la L1 parce que la sélection est forte et arrive seulement quatre ans après ?

Bref, comme je le dis souvent sur ce forum, la sélection en droit se fait par la maturité, entre ceux capables de se projeter un peu dans l'avenir et ceux qui se contentent de subir les choses, ce qui est paradoxal quand on entend, par ailleurs, changer le système.

__________________________
« Je persiste et je signe ! »

Docteur en droit, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Le 29/11/2016 à 16:35
Juriste aux dents longues
Licence 1


Inscrit : 25/10/16
Message(s) : 70 
Je pense que ce n'est pas une question de maturité mais d'adaptation à la fac. L'enseignement universitaire n'est pas fait pour tout le monde, c'est une certitude. Dommage qu'il n'existe pas des écoles de droit accréditées par l'Etat ! Un encadrement strict pourrait être proposé, augmentant ainsi les chances de réussite. L'exigence de la matière qu'est le droit ne colle pas du tout avec la nature du système universitaire. D'un côté on a une discipline ultra exigeante, qui demande rigueur, travail et cadre, et de l'autre on a un système de "lâchage dans la nature" intégral. C'est bien dommage !


PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ] [ 7 ] [ 8 ] [ 9 ] [ 10 ] [>>]