Reformes de l'enseignement !

Index des forums > Forum Actualité

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]
Le 20/02/2009 à 14:07
Juriste intéressé


Inscrit : 20/01/09
Message(s) : 7 
A doui : de rien :lol:

Merci pour l'adresse du site, je vais aller faire un petit tour, pour regarder tout ça :wink: ( entre autre la vidéo .. hehe ^^ )

Poser une question Ajouter un message - répondre
Le 20/02/2009 à 14:19
Intervenant


Inscrit : 19/05/06
Message(s) : 11083 
Bonjour,
Citation de littlepac :


Je ne comprends pas comment un gouvernement peut se mettre en tête de la réformer sans demander l'avis des principaux interessés ( ici les prof-chercheurs, etc .. ) . De plus, lui donnerait une plus grande légitimité. Mais bon, c'est rare que ce soit fait je le sais. Tout ce que je veux dire, c'est que cette situation paraît complexe, alors qu'elle aurait pu être plus simple ( même si la réforme aurait pris plus de temps ... ). J'ai l'impression que ce gouvernement est une machine à fabriquer des réformes, et à cause d'un manque de clarté et de dialogue, on a l'impression que ces réformes sont faites à la va-vite sans étudier et prendre en considération certaines conséquences .

Parce qu'à mon humble avis, ça ne s'est probablement pas tout à fait passé comme ça.
Parce que ce qu'on reproche au gouvernement actuel, manque de concertation, en le pointant du doigt comme si c'était spécifique de ce gouvernement, c'est exactement ce qu'on a aussi reproché à tous ses prédécesseurs, puisque toutes les réformes ont toutes capoté par le passé, même sous des gouvernements socialistes. On ne me fera pas croire que toutes ces réformes sont sorties d'un chapeau sans un minimum de consultations préalables (et discrètes) des principaux intéressés ou, tout au moins, de leurs instances représentatives. C'est ce que font tous les gouvernements (on appelle ça "tater le terrain"). Sauf que ce qu'on accepte parfois en petit comité, on finit par le rejeter comme si on n'avait pas été au courant quand les choses tournent au vinaigre... Surtout quand la base, pas consultée réellement par ceux qui les représentent, réagit de façon imprévue...
"Vous comprenez, puisque ma base est contre, je ne peux quand même pas leur dire que j'étais pour..."

Le 20/02/2009 à 21:16
Juriste intéressé


Inscrit : 20/01/09
Message(s) : 7 
Citation de Camille :

Bonjour,
Citation de littlepac :


Je ne comprends pas comment un gouvernement peut se mettre en tête de la réformer sans demander l'avis des principaux interessés ( ici les prof-chercheurs, etc .. ) . De plus, lui donnerait une plus grande légitimité. Mais bon, c'est rare que ce soit fait je le sais. Tout ce que je veux dire, c'est que cette situation paraît complexe, alors qu'elle aurait pu être plus simple ( même si la réforme aurait pris plus de temps ... ). J'ai l'impression que ce gouvernement est une machine à fabriquer des réformes, et à cause d'un manque de clarté et de dialogue, on a l'impression que ces réformes sont faites à la va-vite sans étudier et prendre en considération certaines conséquences .

Parce qu'à mon humble avis, ça ne s'est probablement pas tout à fait passé comme ça.
Parce que ce qu'on reproche au gouvernement actuel, manque de concertation, en le pointant du doigt comme si c'était spécifique de ce gouvernement, c'est exactement ce qu'on a aussi reproché à tous ses prédécesseurs, puisque toutes les réformes ont toutes capoté par le passé, même sous des gouvernements socialistes. On ne me fera pas croire que toutes ces réformes sont sorties d'un chapeau sans un minimum de consultations préalables (et discrètes) des principaux intéressés ou, tout au moins, de leurs instances représentatives. C'est ce que font tous les gouvernements (on appelle ça "tater le terrain"). Sauf que ce qu'on accepte parfois en petit comité, on finit par le rejeter comme si on n'avait pas été au courant quand les choses tournent au vinaigre... Surtout quand la base, pas consultée réellement par ceux qui les représentent, réagit de façon imprévue...
"Vous comprenez, puisque ma base est contre, je ne peux quand même pas leur dire que j'étais pour..."


Oui, c'est vrai, ce n'est pas une particularité de ce gouvernement ce problème . Remarque, on touche à un éternel débat en parlant de ça..

Le 21/02/2009 à 09:29
Juriste d'élite


Inscrit : 09/04/06
Message(s) : 967 
Cette défense du Gouvernement Sarkozy, quelque soit le sujet, que la critique soit dénouée de bonne foi ou parfaitement justifiée, est touchante.

__________________________
"....durant les années en cause, ladite commune invitait les promoteurs immobiliers sollicitant des autorisations d'urbanisme à effectuer des contributions volontaires aux finances locales ainsi que les poursuites dont le maire a fait l'objet pour ces faits; ... justifiant suffisamment que la dépense litigieuse a été faite dans l'intérét de la société et peut, dès lors être déduite de ses résultats imposables..." CE 24/05/2006 "M. Genestar"

Le 21/02/2009 à 09:41
Juriste d'élite


Inscrit : 14/03/06
Message(s) : 1072 
Citation de Camille :

Bonjour,
Citation de littlepac :


Je ne comprends pas comment un gouvernement peut se mettre en tête de la réformer sans demander l'avis des principaux interessés ( ici les prof-chercheurs, etc .. ) . De plus, lui donnerait une plus grande légitimité. Mais bon, c'est rare que ce soit fait je le sais. Tout ce que je veux dire, c'est que cette situation paraît complexe, alors qu'elle aurait pu être plus simple ( même si la réforme aurait pris plus de temps ... ). J'ai l'impression que ce gouvernement est une machine à fabriquer des réformes, et à cause d'un manque de clarté et de dialogue, on a l'impression que ces réformes sont faites à la va-vite sans étudier et prendre en considération certaines conséquences .

Parce qu'à mon humble avis, ça ne s'est probablement pas tout à fait passé comme ça.
Parce que ce qu'on reproche au gouvernement actuel, manque de concertation, en le pointant du doigt comme si c'était spécifique de ce gouvernement, c'est exactement ce qu'on a aussi reproché à tous ses prédécesseurs, puisque toutes les réformes ont toutes capoté par le passé, même sous des gouvernements socialistes. On ne me fera pas croire que toutes ces réformes sont sorties d'un chapeau sans un minimum de consultations préalables (et discrètes) des principaux intéressés ou, tout au moins, de leurs instances représentatives. C'est ce que font tous les gouvernements (on appelle ça "tater le terrain"). Sauf que ce qu'on accepte parfois en petit comité, on finit par le rejeter comme si on n'avait pas été au courant quand les choses tournent au vinaigre... Surtout quand la base, pas consultée réellement par ceux qui les représentent, réagit de façon imprévue...
"Vous comprenez, puisque ma base est contre, je ne peux quand même pas leur dire que j'étais pour..."


En matière de justice ça n'était manifestement pas le cas puisque les quand les instances représentatives ont été consulté (Ex: carte judiciaire), s'était seulement pour savoir si elles y étaient opposées sans possibilité d'amendement, voir même plus drôle : annonce de la substance de la réforme avant même la réunion de l'organe de consultation pourtant déjà prévu (réforme de la procédure pénale, dont suppression du JI). Je crains malheureusement que le gouvernement actuel tende à confondre "membre du cabinet" et "représentant de la profession" dans certains dossiers (pas forcément tous mais en matière de justice c'est flagrant).

__________________________
Avocat (Liste 2) au Luxembourg
Diplômé en France, en Belgique et au Luxembourg
faluchard droit baptisé à Strasbourg
ancien SG et VP de l'AFGES (fédé des étudiants à Strasbourg)
ancien SG de l'AED (amicale de droit à Strasbourg)

AJOUTER UN MESSAGE RAPIDE SUR LA DISCUSSION
 
Pseudonyme/nom :
Adresse email :
Mot de passe :
 

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]