Le proces de la honte....

Index des forums > Forum Actualité

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ]
Le 27/03/2008 à 13:22
Juriste obsessionnel


Inscrit : 29/02/08
Message(s) : 158 
Autant pour moi j'avais cru lire que t'avais dit qu'elle était consente :) l'erreur est humaine ;) desolée Katharina

Poser une question Ajouter un message - répondre
Le 27/03/2008 à 13:25
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
A propos de victimes qu'on croit consententes :

- une femme qui porte plainte contre viol, il n'est pas rare qu'on lui dire "mais vous n'étiez pas un peu provoquante ?"

- une femme battue, qui met en avant ces violences au moment du divorce : "vous n'avez jamais porté plainte auparavant, on ne peut donc pas tenir compte de vos dires!"

Et oui ... ça existe ...

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

Le 27/03/2008 à 16:51
Juriste d'élite


Inscrit : 26/10/06
Message(s) : 2595 
Citation de A.laure :

Autant pour moi j'avais cru lire que t'avais dit qu'elle était consente :) l'erreur est humaine ;) desolée Katharina


Pas de problème :wink: ça me rappelle que ce matin un gars de ma classe a dit en espagnol qu'il était pour la punition par coup de fouets en cas de récidive pour les indiens :arrow: :arrow:

Le 23/04/2008 à 16:57
Juriste intéressé


Inscrit : 23/04/08
Message(s) : 4 
Passons sur les imbéciles arguties autour du viol consenti, provoqué, provoquant etc..

Il s'agit là d'un drame social qui mériterait une pièce d'Aristophane ou de Tchekov.
Nous n'avons pas là qu'un monstre (et qu'est-ce qu'un monstre ?). Un homme violent à l'extrême aidé d'une compagne du même type qui agissent seuls, non !
Nous avons ici une fillette de 8 ans, torturée (ébouillantée), puis attouchée, violée, torturée par des sévices sexuels ou non qui la scarifie à l'intérieur comme à l'extérieur. Qui la marque au dedans comme au dehors, pour son intimité comme pour son apparence sociale. Et cela durant 28 ans

..

Si celle-ci a fugué parfois puis omis parfois de le faire, ce n'est pas de son fait mais du fait d'une histoire. Une histoire qui n'est pas la sienne seule !
Car Lydia n'était pas enfermée jour et nuit, Lydia n'était pas invisible aux yeux du monde, non.
Lydia était connue, par tout un village, par des acteurs sociaux, par des gendarmes, des juges, des policiers, des médecins, des infirmières.


Le drame pose lentement les personnages qui défilent, certains cultivés, d'autres cultivateurs... Et ces derniers moins hypocrites, plus explicites de la culture contemporaine qu'ils véhiculent :
- moi, j'ai bien fait attention à ne jamais me mêler des histoires de ces gens-là
- Mais que vouliez-vous qu'on fasse, c'était à elle de réagir


L'individualisme, exacerbé, voilà l'arme non pas du crime mais de sa légitimité, de sa durée, de son prolongement.

A chaque fois que le sexe de cet homme entrait dans le ventre de cette enfant, de cette adolescente, de cette femme, de cette mère, le sexe de son père - Car l'ayant reconnue il était son père, protecteur, éducateur, consolateur - A chaque fois donc, ce sexe était regardé, imaginé, accompagné par des centaines de pensées dont il est odieux de songer qu'elles en tirèrent au mieux de l'indifférence, au pire de la complicité.

..

Combien de pédophiles bénéficient-ils de ce régime mental de l'indifférence ou de la complicité de l'imaginaire ? Mais aussi de la peur d'avoir à être humain, à se lever et à dire non à celui faibli, se perd, devient dangereux, devient monstrueux ?

Combien de pédophiles qui représentent l'acmée de la lâcheté, du désir de destruction des générations futures pour fuir une société, une culture qui enferme chacun en lui-même, en son individualité et lui sont une telle violence qu'elle rejaillit sur les plus faibles, les plus fragiles, les plus démunis, jusqu'aux enfants qui sont maintenant la cible privilégiée de cet ordre social de la déshumanisation, de l'individualisation la plus déshumanisante ?

Car oui, c'est bien là le travail d'une société toute entière, et qui ne se jugera pas. Du juge au voisin, du soignant au gendarme... Personne n'aura bougé, mais chacun aura su.
Qui n'aura participé silencieusement ? Qui n'aura pas usé même de la Catharsis de sa propre monstruosité en contemplant muet celui qui commet l'acte, un acte non pas mimé mais vécu terriblement, dans l'horreur la plus vivante.

On jugera donc une femme qui méritera bien plus que sa peine, car à l'heure de la psychanalyse, de la réflexivité sur ses parts d'ombre, le juge comprend trop bien l'assassin et ne s'acharne plus sur ce bouc émissaire.

On la jugera, presque symboliquement et on s'apitoiera dans les médias, on écoutera les longs sanglots de la victime, en se rassurant par le récit de ses supplices de la douceur des nôtres. "Mieux vaut elle que nous"

On fermera ainsi les yeux, avec un pensée profonde et méditative mais au combien fugace, sur le silence qui continue d'accompagner les larmes des autres Lydia. Sur ce silence d'une culture entière, occupée ailleurs, occupée de croissance, de musique, de film, d'internet, de sport. Trop occupée pour entendre un appel, celui de sa propre humanité, Mais très présente lorsqu'il s'agit d'écouter les cris... en silence.

Le 24/04/2008 à 09:38
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
Au "mieux vaut elle que nous" je dirais : combien de secrets de familles cache de telles horreurs jamais révélées ?

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

Le 25/04/2008 à 10:29
Juriste aux dents longues


Inscrit : 23/12/07
Message(s) : 85 
Citation de Blonde :


On jugera donc une femme qui méritera bien plus que sa peine, car à l'heure de la psychanalyse, de la réflexivité sur ses parts d'ombre, le juge comprend trop bien l'assassin et ne s'acharne plus sur ce bouc émissaire.


De là à dire que les juges font preuve de laxisme,et que l'idée même de l'emprisonnement est encore trop douce...il n'y a
qu'un pas....franchi

Citation de Blonde :


On la jugera, presque symboliquement et on s'apitoiera dans les médias, on écoutera les longs sanglots de la victime, en se rassurant par le récit de ses supplices de la douceur des nôtres. "Mieux vaut elle que nous".


...(soupir)...aaaah le grand classique de la tyrannie de la repentance...
Quelle réaction face à l'innommable,face à l'inimaginable,face a une souffrance extrême qu'on ne peut percevoir??

La (tentative de) compassion reste encore la meilleure solution. La distance et l'éloignement sont encore les meilleures solutions pour ne pas tomber dans la haine,la peur,le marasme,la misanthropie(sur ce point c'est apparemment trop tard pour vous).


Citation de Blonde :


On fermera ainsi les yeux, avec un pensée profonde et méditative mais au combien fugace, sur le silence qui continue d'accompagner les larmes des autres Lydia. Sur ce silence d'une culture entière, occupée ailleurs, occupée de croissance, de musique, de film, d'internet, de sport. Trop occupée pour entendre un appel, celui de sa propre humanité, Mais très présente lorsqu'il s'agit d'écouter les cris... en silence.


Que dire face à tous les complices passif de l'horreur,qui l'ont regardée droit dans les yeux avant de tourner les talons?
Oui,le développement à outrance de l'individualisme,émanation malsaine du libéralisme,contribue à la lâcheté.Cela dit,il est facile de pointer un comportement inhérent a l'être humain,et voir une relation de cause a effet avec la société de consommation.

Pour combien de lâches recensés,y a t il de personnes prêtes a mourir pour un inconnu,à sauver des vies ? Combien y a t il de personnes dont l'idéal d'assistance transcende leur propre individualité?

__________________________
"La Justice est comme une belle fille,elle se fait désirer longtemps avant de se donner"
-Un Professeur possédé par le démon de la poésie-

Le 28/04/2008 à 11:12
Juriste intéressé


Inscrit : 23/04/08
Message(s) : 4 
Deux questions :

Pourquoi une moindre compassion (donc moins médiatisée, moins mise en scène), serait-elle source de haine, de peur, de misanthropie ?

Mais peut-être y-a-t-il là un germe de réponse à la seconde..

Lorsque vous parlez de comportement inhérent à l'être humain, vous parlez d'individualisme ? Qu'est-ce alors qui vous rend si sûr de l'actuel mode d'organisation sociale, tout à fait dominant, comme expression de la 'nature humaine' ?

Le 28/04/2008 à 13:50
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
Dans le style ...

http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080428/ ... 02f96.html

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

Le 03/05/2008 à 12:05
Juriste aux dents longues


Inscrit : 23/12/07
Message(s) : 85 
Citation de Blonde :

Pourquoi une moindre compassion (donc moins médiatisée, moins mise en scène), serait-elle source de haine, de peur, de misanthropie ?


Moindre compassion??? Il ne s'agit pas de faire une échelle de la compassion,mais peu importe.Je parle de "tentative de" compassion,tout simplement car je trouve d'une prétention sans nom,de faire croire que l'on compatit à l'horreur absolue.

Comment peut on seulement s'imaginer une souffrance tant que l'on ne l'a pas vécue? Bien sûr la décence voudrait que l'on soit meurtrie au plus profonde de notre dignité d'être humain,mais la seule chose de circonstance sera un apathique "c'est triste !"

Et je pense pas qu'il s'agisse d'un comportement blâmable ,mais une protection psychologique face à l'abject. Un comportement aussi infâme entraine une réaction tout aussi extrême de haine, de peur, de misanthropie.


Citation de Blonde :

Lorsque vous parlez de comportement inhérent à l'être humain, vous parlez d'individualisme ? Qu'est-ce alors qui vous rend si sûr de l'actuel mode d'organisation sociale, tout à fait dominant, comme expression de la 'nature humaine' ?


Non je parle de tout ce qui peut nous permettre de vivre,instinctivement,y compris la lâcheté.
La domination,mode actuel d'organisation sociale??
Je dirais plutôt éternelle expression de la nature humaine

__________________________
"La Justice est comme une belle fille,elle se fait désirer longtemps avant de se donner"
-Un Professeur possédé par le démon de la poésie-

AJOUTER UN MESSAGE RAPIDE SUR LA DISCUSSION
 
Pseudonyme/nom :
Adresse email :
Mot de passe :
 

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ]