L'utilité du baccalauréat

Index des forums > Forum Actualité

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]
Le 15/04/2008 à 23:11
Juriste d'élite


Inscrit : 17/07/06
Message(s) : 609 
Alors tout à fait d'accord avec ce que tu dis Murphys, par contre il est vrai que ça s'applique uniquement aux cas pratiques (c'est d'ailleurs le seul exercice où je n'ai aucun souci en droit!).
Dès qu'on parle de commentaire d'arrêt ou de dissertation c'est autre chose. Au niveau du raisonnement c'est pareil, mais en ce qui concerne la rédaction, la construction du devoir, ça devient plus littéraire je trouve, non?

Morsula c'est marrant ce que tu dis, quand j'ai commencé le droit je me suis rendue compte que le droit était vraiment partout et qu'on l'utilisait inconsciemment dans la vie courante, exactement comme que ce que tu dis des maths.
Tu verras quand tu commenceras tu ne pourras pas y échapper (en L1 on s'était tous fait cette reflexion), menfin avec le forum tu as même déjà du t'en rendre compte t'es déjà bien plongé dedans :lol:

__________________________
Pas d'Avenir Mais le Sourire[img:2cgv1w9t]http://img522.imageshack.us/img522/5823/imgch0.png[/img:2cgv1w9t]

Poser une question Ajouter un message - répondre
Le 15/04/2008 à 23:39
Juriste d'élite


Inscrit : 24/10/05
Message(s) : 1887 
Mais même une construction littéraire obéit à une certaine logique, l'exemple le plus marquant sans doute est le texte poétique, mais pas uniquement, par exemple moi je m'intéresse beaucoup au genre fantastique (et aux genres voisins comme l'étrange et le merveilleux) et un récit fantastique classique peut se lire avec une grille, que l'on adaptera selon les textes.

Pour le droit bien sûr et encore je n'ai pas lu l'Antimanuel de droit qui serait une excellente introduction, beaucoup plus poilante à lire qu'une triste introduction au droit chez PUF. Le droit est omniprésent, si je prends un livre quelconque je peux mener une réflexion dessus : qu'est-ce au juste ? Une succession d'actes juridiques : contrat entre un auteur et une maison d'édition, contrats entre la maison d'édition et ses salariés, contrat entre la maison d'édition et l'imprimeur, droits d'auteur, etc. Ou bien encore, quand j'ai adhéré à Juristudiant, est-ce que je me suis dis en signant le bon d'adhésion et en joignant le règlement de ma cotisation que j'étais moi-même une personne physique ayant des droits et des obligations envers une personne morale de droit privé comme Juristudiant ? Merde, désolé j'ai eu un soudain élan d'inspiration en parlant du droit :))

Bref, le droit c'est le background de nos actes quotidiens.

Le 15/04/2008 à 23:49
Juriste d'élite


Inscrit : 17/07/06
Message(s) : 609 
Je dirais même plus :
Actes juridiques + Faits juridiques = La vie :D
Et voilà j'ai casé des maths :twisted:

__________________________
Pas d'Avenir Mais le Sourire[img:2cgv1w9t]http://img522.imageshack.us/img522/5823/imgch0.png[/img:2cgv1w9t]

Le 15/04/2008 à 23:54
Juriste d'élite


Inscrit : 24/10/05
Message(s) : 1887 
C'est vite dit, mais tout ça c'est carrément un débat. On peut la voir du point de vue du juriste bien sûr, mais pour l'économiste, pour le sociologue, pour le philosophe ou pour le biologiste c'est carrément autre chose.

Puy-de-Dôme, Le 16/04/2008 à 02:28
Juriste d'élite
Licence 1


Inscrit : 17/02/07
Message(s) : 2462 
Pour cause d'absence, je reviens sur ce qui a été dit un peu plus haut à propos des différents bacs et du passage en faculté :
J'ai une amie d'enfance qui avec un bac littéraire est entrer dans les facs suivantes : médecine, pharma, dentaire, lettre, droit et les beaux-arts.
Elle est devenue peintre. :)

__________________________
Jean Foyer : « Le juge de l’administration : l’administration de ce juge. »
"Juger l’administration c’est encore administrer ».


http://www.u-clermont1.fr/
-université d'excellence dans le magazine "Challenge" de juin 2009-

Le 16/04/2008 à 13:20
Juriste d'élite


Inscrit : 09/04/06
Message(s) : 967 
Citation de maolinn :

Je dirais même plus :
Actes juridiques + Faits juridiques = La vie :D
Et voilà j'ai casé des maths :twisted:


a+b=c, voila ce que j'appelle des maths 8)

__________________________
"....durant les années en cause, ladite commune invitait les promoteurs immobiliers sollicitant des autorisations d'urbanisme à effectuer des contributions volontaires aux finances locales ainsi que les poursuites dont le maire a fait l'objet pour ces faits; ... justifiant suffisamment que la dépense litigieuse a été faite dans l'intérét de la société et peut, dès lors être déduite de ses résultats imposables..." CE 24/05/2006 "M. Genestar"

Le 16/04/2008 à 18:53
Juriste d'élite


Inscrit : 03/06/07
Message(s) : 590 
Je trouve que plus que les maths c'est le français qui est important en droit.

Car comme (dans les premières années) 90 % des épreuves sont à l'écrit il est indispensable d'avoir une orthographe et une syntaxe correctes.

Surtout que beaucoup de prof' enlèvent des points pour les fautes d'orthographe.

Le 16/04/2008 à 19:32
Juriste d'élite


Inscrit : 26/10/06
Message(s) : 2595 
Citation de juliette :

Je trouve que plus que les maths c'est le français qui est important en droit.

Car comme (dans les premières années) 90 % des épreuves sont à l'écrit il est indispensable d'avoir une orthographe et une syntaxe correctes.

Surtout que beaucoup de prof' enlèvent des points pour les fautes d'orthographe.


Je trouve en même temps que mon bac littéraire est quelque part un " handicap " car j'ai tendance à adorer déblatérer exploiter à fond les notions mettre des citations et montrer mes connaissances ce qui a tendance à saouler les profs qui veulent que du concis :oops:

Le 17/04/2008 à 11:15
Juriste d'élite


Inscrit : 14/02/08
Message(s) : 1294 
Je trouve normal d'être sanctionné quand on écrit mal ou avec plein de fautes.

Et il me semble que les élèves de sciences ont le même nombre d'heures de français que les élèves de littéraire, non ? Enfin, quand je dis "français", je pense à syntaxe et orthographe.

Par rapport au raisonnement mathématique :
Effectivement, le rapport Hypothèse / Thèse / Solution s'applique partout et tout le temps. Que ce soit en droit, dans une dissertation, ou pour un biologiste (hein, Morsula ^^).

En effet, en bio (enfin en labo), on pose un problème "comment guérir telle maladie" puis des thèses "avec telle molécule ou tel principe actif" jusqu'à trouver une solution. Ceci est un exemple basique et simpliste ^^

Et clairement, les maths dans leur plus simple expression sont omniprésents : les budgets des ménages, les courses, les horaires, les plannings, ... Mais quid des intégrales et autres machins étranges ? Le seul exercice de calcul d'une intégrale que j'ai jamais réussi était quand la courbe donnait la forme d'une bouteille de bière :lol:

Après, bha j'ai toujours eu une moyenne de 3 à 4 et j'ai terminé l'année avec 16. Vive l'examen de fin d'année et non au contrôle continu !

Donc, à partir de cette digression, je reviens sur le sujet principal :
pourquoi imposer un tel examen si stressant alors qu'un examen normal de fin d'année serait suffisant ?

Bha ... vous avez déjà répondu : y'a jamais d'examen de fin d'année avant celui-là !

Pour exemple :
Une année scolaire d'étudiant de secondaire en Belgique se cote comme suit :
140 points au total.
70 points pour l'examen de fin d'année.
10 points par période (4 périodes).
30 points pour l'examen de Noël.

Les résultats des périodes sont matérialisés par le contrôle continu : interro surprises, devoirs, préparations, contrôles. Ils en sont la moyenne.

Potentiellement, on peut réussir son année scolaire en ayant été en échec toute l'année (c'est ce que j'ai fait en math, physique, chimie) (pas en bio parce que j'étais une grosse tête sur le système nerveux central et sur la génétique).

Par contre, il est difficile de réussir son année en ayant un gros échec à l'examen de juin. Et voui, on a déjà des secondes sessions ! Ma première seconde sess' de septembre, c'était pour ma 4ème, et en physique. La 4ème, c'est à dire la 3ème pour vous, je crois.

Pour info :
Maternelles : 1ère, 2ème, 3ème année.
Primaires : 1ère, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème et 6ème année.
Secondaires : 1ère, 2ème, 3ème, 4ème (syntaxe), 5ème (poésie), 6ème (rhétorique) année.

__________________________
Quand le juriste se lasse d’empiler des textes dont l’encre est à peine sèche, de réconcilier des dispositions qui se contredisent ou, tout simplement, de s’échiner à leur donner un sens, vient un moment où, guetté par le découragement, il laisse son sac au bord du chemin, s’arrête et se pose la question fondamentale, la seule qui vaille : tout cela est-il bien raisonnable ? (A. Lucas)

AJOUTER UN MESSAGE RAPIDE SUR LA DISCUSSION
 
Pseudonyme/nom :
Adresse email :
Mot de passe :
 

PAGES : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]